PSG : Pep Guardiola à Paris, c'est pour jamais

PSG : Pep Guardiola à Paris, c'est pour jamais

Entraineur indiscutable de Manchester City, Pep Guardiola est bien parti pour connaitre une nouvelle saison d’exception.

Champion d’Angleterre, il a qualifié son équipe pour la finale de la Ligue des Champions. Il a prolongé à l’automne dernier avec les Citizens, avec qui il est lié jusqu’en juin 2023 désormais, pour un salaire bien évidemment colossal, puisqu’il atteint 22 ME par an. Autant dire que, titre européen au bout ou pas, le technicien espagnol se voit encore longtemps aux commandes de Manchester City. Et surtout pas au PSG. Le nom de Pep Guardiola a en effet été parfois associé au club de la capitale par le passé, notamment car il fallait un entraineur de renom pour gérer les stars, et que Nasser Al-Khelaïfi a toujours voulu ce qui se fait de mieux. Sans trop de se mêler des tensions géo-politiques dans le Golfe, l’ancien technicien du FC Barcelone s’est rapproché des dirigeants des Emirats Arabes Unis ces dernières années, et passer à l’avenir par le PSG et ses propriétaires qataris, est tout simplement impensable. 

« Le contrat qu’il a signé, s’il le souhaite, peut l’amener à rester à City pendant sept ans. De son point de vue, il n’a jamais sérieusement étudié la possibilité de rejoindre le Paris Saint-Germain. Et il n’ira jamais au sein du club français. Parmi les raisons majeures, City est un club d’Abu Dhabi, et un passage par le PSG du Qatar serait considéré comme une haute trahison », a livré le consultant de la BBC Guillem Balague, persuadé que les liens tissés entre Pep Guardiola et Khaldoon Al Mubarak, le propriétaire de Manchester City, l’éloignent définitivement d’une éventuelle arrivée au Paris Saint-Germain. Il faut dire que pour le moment, l’Espagnol n’a aucune intention de quitter Manchester City, qui lui fournit les joueurs qu’il veut avec des moyens financiers époustouflants. Et pour la suite, Guardiola a déjà laissé entendre qu’il aimerait bien terminer sa carrière en entrainant une sélection, même s’il s’estime encore très loin de devoir mettre le clignotant à 50 ans.