PSG : Le vestiaire déçu pour Di Maria, pas du tout pour Thiago Silva

PSG : Le vestiaire déçu pour Di Maria, pas du tout pour Thiago Silva

Photo Icon Sport

Unai Emery a désormais trois semaines pour souder à nouveau un vestiaire qui n’a pas laissé transparaitre de faille de manière officielle, mais va forcément être marqué par ce revers à Madrid.

Le score est sévère, le craquage en fin de rencontre pose question, mais surtout entre le 11 de départ surprise et les changements inattendus, tous les repères travaillés jusqu’à présent quasiment depuis le début de la saison ont volé en éclats. A commencer par la mise sur le banc de Thiago Silva, qui démontre que le coach espagnol a totalement perdu confiance en son capitaine dans les grands matchs. Et si cette mesure choc prise juste pour cette rencontre a forcément étonné, RMC affirme que cela a été plutôt bien pris dans le vestiaire.

« Et beaucoup de Parisiens, y compris les plus proches du Brésilien, ont compris Unai Emery. L’état-major soutient d’ailleurs l'entraîneur espagnol sur ce point. L’importance de Thiago Silva dans le vestiaire est de plus en plus réduite. Certains évoquent un capitaine isolé et solitaire qui n’a plus la même influence. L’été dernier, Unai Emery avait d’ailleurs ouvert la porte à un départ de Thiago Silva avant de faire machine arrière », explique la radio sportive, pour qui une décision d’Emery passe beaucoup moins bien. Celle d’avoir non seulement bouté Angel Di Maria hors du 11 de départ, y compris au milieu de terrain, mais surtout de ne pas l’avoir fait entrer pendant le match.

« Certains auraient voulu que Di Maria entre, voire débute le match dans l’entrejeu. L’ex-joueur du Real a très mal vécu le fait de ne pas être titularisé. Encore moins le fait de ne pas entrer alors qu'il est en grande forme depuis plusieurs semaines et qu'il avait débuté toutes les rencontres du PSG en ce début d'année 2018 », explique ainsi RMC, pour qui il ne sera pas évident de remonter le moral de l’ancien… madrilène après cet épisode difficile à Bernabeu.