PSG : Icardi, la révélation qui change tout

PSG : Icardi, la révélation qui change tout

Icon Sport

Après la fermeture du mercato en France, le PSG a conclu le départ de Mauro Icardi du côté de Galatasaray sous la forme d’un prêt.

A la recherche d’une porte de sortie à Mauro Icardi depuis le début de l’été, le Paris Saint-Germain a trouvé son bonheur début septembre avec le départ de l’international argentin vers Galatasaray, en prêt. Idéalement, le PSG aurait aimé se débarrasser de Mauro Icardi de manière définitive mais aucun club n’a proposé un transfert pour l’ex-capitaine de l’Inter Milan. C’est donc sous la forme d’un prêt que Mauro Icardi a fait ses valises en direction de la Turquie et plus précisément de Galatasaray. Mais tandis que l’on pensait que le PSG lui payait encore l’intégralité de son salaire -ou presque-, ce n’est pas tout-à-fait le cas selon le journaliste argentin Augusto Tartufoli. Si le PSG participe toujours au paiement du salaire de Mauro Icardi à hauteur de 90 %, le salaire de l’Argentin à Galatasaray n’est plus aussi élevé que celui qu’il percevait lorsqu’il portait les couleurs du Paris Saint-Germain.

Icardi, un salaire presque divisé par deux en Turquie

A en croire le journaliste, Mauro Icardi a vu son salaire diminuer puisque celui-ci est passé de 10 millions d’euros par an au Paris Saint-Germain à « seulement » 6 millions d’euros par an Galatasaray. Concrètement, le club de la capitale va donc économiser 4 millions d’euros grâce à ce prêt de Mauro Icardi, bien que le club participe toujours très activement au paiement des émoluments du joueur. Tandis que le PSG paie un peu moins de 6 millions d’euros sur l’année, Galatasaray ne va même pas débourser 1 million d’euro pour le prêt de Mauro Icardi. Autant dire que si le PSG a économisé un peu d’argent grâce à ce prêt, Galatasaray fait de son côté une très belle affaire en récupérant -potentiellement- un très grand joueur, bien qu’à relancer, pour une bouchée de pain. Reste maintenant à voir si Mauro Icardi parviendra à briller en Turquie afin de rebooster sa valeur marchande, ce que Nasser Al-Khelaïfi espère dans l’optique d’une vente l’été prochain.