Kombouaré : « Je ne ressens pas de pression »

Kombouaré : « Je ne ressens pas de pression »

Photo Icon Sport

Antoine Kombouaré entrera dans le grand bain samedi à Montpellier, mais l'entraineur du PSG se montre serein malgré l’ampleur de la tâche qui l’attend.

L’entraineur parisien s’apprête à faire ses grands débuts samedi à Montpellier, mais préfère peaufiner les détails plutôt que de tirer des grandes conclusions d’une préparation parisienne en demi-teinte. Celle-ci avait très bien débuté avec des matchs convaincants face à Nantes et la Fiorentina notamment, avant d’être perturbée par la blessure de Guillaume Hoarau et les deux matchs bien moins tranchants lors de l’Emirates Cup. « Nous avons disputé des matches d’entraînement qui nous ont permis de faire bosser le groupe physiquement et tactiquement. Nous avons fait en sorte que les joueurs trouvent des automatismes. J’ai le sentiment que nous avons bien travaillé, mais le début de la compétition nous donnera les premières réponses. J’attends les quatre ou cinq premières rencontres de la saison pour avoir une idée précise sur la valeur de mon groupe. C’est encore trop tôt pour livrer un verdict. Nous devons fixer les objectifs de travail pour être prêts face à Montpellier. Nous devons travailler sur la fraîcheur physique et accentuer le travail de vitesse. Il faut que nous mettions tous les atouts de notre côté pour arriver avec la meilleure équipe possible afin de remporter cette rencontre », a demandé Antoine Kombouaré sur le site officiel du club parisien.


Le coup d’envoi de cette saison sera aussi une première pour l’entraineur habitué avec Strasbourg ou Valenciennes à tutoyer le ventre mou plutôt que d’ambitionner une place dans les trois premiers, comme c’est le cas avec le PSG cette saison. « Je ne ressens pas de pression particulière. Nous sommes encore en période de préparation. Je pense aux détails qui permettront à mon équipe d’être forte défensivement mais également aux situations ou nous sommes en possession du ballon », assure le Kanak, complètement concentré sur le jeu, et très loin des préoccupations du changement de présidence. « L’idéal désormais est que l’entente soit bonne entre tout le monde, que nous formions une équipe avec un Président, un coach et des joueurs. Il faut que tout le monde souhaite un PSG qui gagne », a demandé l’ancien défenseur du club, pour qui l’aventure commencera vraiment ce samedi, à Montpellier.