EdF : Ils sont champions du monde à vie, pas titulaires à vie

EdF : Ils sont champions du monde à vie, pas titulaires à vie

Photo Icon Sport

La fin d’année 2018 a été beaucoup moins réjouissante pour l’équipe de France, qui n’a pas réussi à se qualifier pour la phase finale de la Coupe des Nations.

Bien évidemment, après le titre mondial acquis en Russie, tout a été facilement pardonné, y compris des matchs au contenu tout de même très inquiétant. La faute à un groupe quasiment inchangé pendant toutes ces rencontres d’automne, Didier Deschamps semblant faire une confiance aveugle aux champions du monde. Des joueurs comme Benjamin Pavard, Adil Rami, Djibril Sidibé ou Steve Mandanda n’ont clairement pas le vent en poupe en raison de leurs performances récentes, et le sélectionneur national a tenu à mettre les choses au clair. Dans France Football, « DD » a rappelé que la place dans le groupe n’était pas garantie, contrairement à l’idée générale.

« On m’a taxé de conservateur après l’Euro 2016. Je ne sais pas où je l’ai été… Je me tiens à une certaine logique: la mienne. Elle ne m’a pas empêché de prendre beaucoup de nouveaux en 2018. Quatre joueurs ont découvert la sélection nationale depuis le titre: Tanguy Ndombele, Ferland Mendy, Alassane Pléa et Benjamin Lecomte, avec une titularisation pour les deux premiers. Cela veut dire que la porte est ouverte. Je n’accorde pas un crédit illimité aux champions du monde. Ils savent qu’ils ne doivent pas s’endormir. Je ne suis pas là pour faire plaisir. Ni à compter un nombre minimal de champions du monde dans mes listes. C’est juste un indicateur. Mais on parle de joueurs qui ont le niveau international et, pour avoir cette expérience, ça demande du temps. On en a, mais pas tant que ça. Le joueur qui arrive en équipe de France doit être encore plus performant. Quand on devient champion du monde, il y a un avant et un après. Toutes proportions gardées, quand on devient international, c’est pareil. Il y a un avant et un après. Il faut assumer puis confirmer », a demandé un Didier Deschamps qui a forcément une confiance prononcée en son groupe « made in Russie », mais sait aussi que les derniers résultats de 2018 peuvent le pousser à changer la donne.