EdF : Deschamps préfère le Bayern au PSG, la Team parano a frappé

EdF : Deschamps préfère le Bayern au PSG, la Team parano a frappé

Kylian Mbappé n'a pas été ménagé pendant cette trêve internationale mouvementée. Au contraire de Kingsley Coman, à quelques jours du match Bayern-PSG.

Trois matchs, un calendrier resserré et un bilan très positif sur le plan comptable pour l’équipe de France pendant ces 10 jours. Avec un nul contre l’Ukraine et deux victoires face au Kazakhstan et à la Bosnie, les Bleus ont déjà fait le trou en tête de leur poule, et se dirigent, avec toutes les précautions d’usage, vers une première place qui leur tend les bras. Une véritable spécialité pour Didier Deschamps, qui ne se soucie guère de la manière, et met toujours en avant le résultat, à l’image de ce timide 1-0 en Bosnie ce mercredi soir. Pour le sélectionneur national, impossible de se passer des éléments qui peuvent faire la différence individuellement, et c’est notamment le cas de Kylian Mbappé. Ainsi, en dehors d’un début sur le banc au Kazakhstan, l’attaquant du PSG a été très sollicité par son coach, lui qui s’est plaint régulièrement cette saison de se sentir très fatigué. Les supporters parisiens s’en sont même agacés sur les réseaux sociaux, notant notamment que Kylian Mbappé avait disputé 212 minutes lors de ces trois rencontres.

Et pendant ce temps, les internationaux français du Bayern Munich, futur adversaire du PSG en Ligue des Champions dans une semaine, ont été bien moins sollicités, avec par exemple 90 minutes de temps de jeu pour Kingsley Coman, et une sortie très rapide de l’ailier bavarois ce mercredi en Bosnie. Il n’en fallait pas plus pour crier au complot, Didier Deschamps étant souvent accusé de ne pas porter le PSG dans son coeur, lui qui fut un joueur et entraineur à succès avec l’OM. Même le journaliste de RTL Florian Gazan a émis des soupçons à l’encontre du sélectionneur : « Coman sort, Mbappé reste… merci Didier de servir les intérêts du foot français en Coupe d’Europe », a balancé Florian Gazan, qui s’est tout de même vu répondre que l’équipe de France passait avant tout, et que le sélectionneur national avait encore le droit d’aligner les meilleurs joueurs sur la pelouse, surtout dans un match officiel avec un score serré.