Neymar fait trembler tout un continent !

Neymar fait trembler tout un continent !

Buteur lors de la victoire du Brésil contre l'Equateur, Neymar ne s'est pas exprimé concernant l'organisation de la Copa America. Mais la star du PSG tient cette épreuve dans ses mains.

Grâce à un penalty marqué dans les ultimes secondes du match, Neymar a assuré la victoire de la Seleçao en qualification pour le Mondial 2022 face à l’Equateur. Mais tout comme ses coéquipiers, l’attaquant brésilien ne s’est pas exprimé concernant un possible refus de la sélection brésilienne de jouer la Copa America, déplacée de l’Argentine au Brésil pour d’improbables raisons sanitaires, puisque le pays dirigé par Jair Bolsonaro est sous la menace d’une troisième vague. Avec plus de 400.000 morts, le Brésil est l’épicentre de la crise sanitaire en Amérique du Sud, mais cela n’a pas empêché le Conmebol de confier la Copa America à ce pays. De quoi susciter la désolation et la colère des équipes nationales, un boycott étant dans l’air du temps. En attendant que la Seleçao fasse part de sa décision, du côté des organisateurs on retient son souffle.

Car pour organiser cette Copa America, le Conmebol a signé des accords commerciaux qui obligent Neymar, mais c’est également le cas pour Lionel Messi, à être présent, chaque sélection étant contrainte de faire jouer « sa meilleure équipe possible ». Autrement dit, si Neymar décide de ne pas jouer, alors les organisateurs devront rembourser de très nombreux sponsors avec le risque de mettre l’épreuve en péril. Quoi qu’il en soit, et même si plusieurs sélections décident de ne pas participer au tournoi censé débuter le 13 juin avec Brésil-Vénézuela, le Conmebol fera jouer cette Copa America au Brésil. Du côté de la Seleçao, Tite a fait savoir qu'une communication officielle aurait lieu après les deux matchs qualificatifs pour le Mondial 2022, c'est à dire mardi. Et dans la presse brésilienne on pense que Neymar et ses coéquipiers sont pour l'instant opposés à l'organisation de cette compétition dans la situation sanitaire actuelle.