Brésil : Méprisant et manipulateur, Thiago Silva balance sur Messi

Brésil : Méprisant et manipulateur, Thiago Silva balance sur Messi

Photo Icon Sport

Seul buteur du match amical entre l’Argentine et le Brésil (1-0) vendredi, Lionel Messi a agacé ses adversaires. A commencer par Thiago Silva.

Pour son retour en sélection, on peut dire que Lionel Messi s’est fait remarquer. Sans parler de son penalty inscrit en deux temps, l’attaquant de l’Argentine a eu une petite altercation avec le sélectionneur du Brésil Tite. « Je me suis plaint parce que je pense que Messi aurait dû recevoir un carton jaune, et il m'a dit de la fermer. C'est tout, a raconté le technicien. Je ne veux pas en dire plus. Si tu ne mets pas un grand arbitre, il te dévore. » Une scène choquante pour les coéquipiers de Thiago Silva, lequel a dénoncé le comportement de l’Argentin.

« C'est difficile à comprendre quand on parle d'éducation sur le terrain et que l'un des joueurs les plus admirés fait ça, a regretté le défenseur central. On ne fait pas ça à une personne plus âgée, alors à un entraîneur... Peu importe la rivalité, l'éducation doit passer avant. » Mais le capitaine du Paris Saint-Germain ne s’est pas arrêté là. Remonté contre Messi, l’ancien joueur du Milan AC a également souligné le vice du Barcelonais avec les arbitres. Et pas seulement lors du match amical de vendredi.

Les accusations de Thiago Silva

« Il voulait commander sur le terrain. Il a donné deux gros coups mais l'arbitre n'a rien fait. Il discutait et riait avec l'arbitre. Il faut mettre l'admiration de côté, a réclamé Thiago Silva. Il cherche toujours à forcer l'arbitre à lui offrir des coups francs dangereux. On en a parlé avec des joueurs qui évoluent en Espagne et il se passe la même chose, il tente de contrôler le match et d'influencer les décisions de l'arbitre. Mais en Ligue des Champions, il n'a pas cet avantage parce que les arbitres sont plus durs. On ne le voit pas tenter de commander. Il y a des arbitres qui, par admiration, se mettent de son côté. Etant donné qu'on n'avait pas Neymar, on était désavantagés. » Parce que pour obtenir des fautes, la star parisienne est également douée…