Vente ASSE : Olivier Markarian fait le premier pas, il y a déjà un problème

Vente ASSE : Olivier Markarian fait le premier pas, il y a déjà un problème

Un repreneur local nommé Olivier Markarian s'est porté candidat au rachat de l'AS Saint-Etienne. Roland Romeyer est ravi, Bernard Caïazzo pas du tout...

A bout de souffle et désireux de vendre le club sous la pression économique, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo sont à l’écoute des offres. Beaucoup de rumeurs sont arrivées dans le Forez depuis l’officialisation de l’intention de vendre l’ASSE, mais peu de concret pour le moment. Un premier élément important a néanmoins été activé par Olivier Markarian. Ce dirigeant d’entreprise de Valence, grand fan des Verts et fidèle abonné depuis des années, est devenu il y a près d’une vingtaine d’années sponsor du club par le biais de Markal, sa société spécialisée dans les produits bio. L’homme d’affaire d’origine arménienne est selon L’Equipe à la tête d’un groupement de dirigeants qui s’est officiellement positionné pour le rachat des Verts, à travers une lettre d’intention aux deux présidents stéphanois.

Il s’agit du premier pas pour la vente du club, qui peut ensuite être long au gré des négociations et des revendications. Car si le projet local séduit beaucoup Roland Romeyer, qui rêve de céder l’ASSE à un entrepreneur qui a le sang vert, Bernard Caïazzo serait très réticent à s’entendre avec Olivier Markarian, en raison d’un désaccord récent sur la gestion du club. Le président du conseil de surveillance ne compterait pas vendre ses parts, et donc le club, à une personne qui ne lui convient pas, et cela pourrait très bien faire capoter ce projet. Le quotidien sportif de s’étonner donc de l’annonce de la volonté de vendre l’ASSE, si chacun des deux présidents a des exigences incompatibles et quasiment impossibles à concilier. L’avenir dira si Caïazzo et Romeyer sont capables d’accepter des offres concrètes pour conforter leur décision de vendre Saint-Etienne, surtout que le mystère est toujours total sur le prix demandé et la valeur réelle de l’ASSE en cette période délicate.