ASSE : Une rude bataille avec l’OL pour un espoir turc

ASSE : Une rude bataille avec l’OL pour un espoir turc

En quête d’un latéral droit pour la succession de Mathieu Debuchy, dont le contrat va expirer en juin prochain, l’AS Saint-Etienne s’intéresserait au jeune Turc Ismail Cokcalis. Mais le club stéphanois n’est pas le seul sur ce dossier puisque d’autres pensionnaires de Ligue 1 comme l’Olympique Lyonnais seraient sur le coup.

A en croire les bruits qui circulent ces dernières semaines, l’AS Saint-Etienne va tenter de renforcer son effectif à prix très réduit. La cellule de recrutement des Verts travaille en effet sur des marchés inattendus et semble prête à valider des profils inexpérimentés. C’est notamment le cas d’Ismail Cokcalis (20 ans) qui, selon les informations de Bursada Bugün, intéresserait le club stéphanois avant le prochain mercato estival. Ce jeune latéral droit n’a pourtant jamais évolué au plus haut niveau.

Le Turc porte actuellement le maillot de Bursaspor dans le championnat de deuxième division de son pays où les observateurs l’ont vu inscrire 1 but et délivré 3 passes décisives cette saison. Sans compter les performances en sélection de ce talent habitué à fréquenter les équipes de jeunes de la Turquie. Toutes ses prestations ont en tout cas attiré l’attention de l’ASSE et de nombreux autres clubs comme Galatasaray, mais aussi l’Olympique Lyonnais, le Stade Rennais, Metz et le Racing Club de Lens.

Debuchy fixé

Voilà qui annonce une sacrée bataille pour Ismail Cokcalis, dont le contrat expire en 2022, et qui ne coûtera donc quasiment rien lors de son probable transfert cet été. Reste à savoir si Saint-Etienne parviendra à rafler la mise pour celui qui pourrait succéder à Mathieu Debuchy (35 ans). De son côté, le cadre stéphanois arrive en fin de contrat et continue de s’interroger sur son avenir. « J’irais discuter avec le coach au moment venu sur ce qu’il veut faire avec moi. J’aurais une discussion franche avec lui pour être fixé sur mon avenir », confiait-t-il en janvier dernier, sans savoir que Claude Puel pense déjà à son remplaçant.