ASSE : Pierre Ménès dit pourquoi il flippe pour les Verts

ASSE : Pierre Ménès dit pourquoi il flippe pour les Verts

Icon Sport

Saint-Etienne reste sur deux victoires de suite en Ligue 1 mais Pierre Ménès n’est pas très optimiste pour le futur de l’ASSE…

Vainqueur de Clermont avant la trêve, Saint-Etienne a enchainé avec un précieux succès contre Troyes ce dimanche (0-1). Les Verts sont toujours dans une position de relégable mais l’écart se réduit et forcément, cela est bon pour le moral dans le Forez. Néanmoins, Pierre Ménès n’est pas ultra-optimiste quant à la suite des événements à Saint-Etienne. Dans sa pastille digitale « Face à Pierrot », l’ancien journaliste de Canal + a expliqué qu’il redoutait notamment les conséquences de la Coupe d’Afrique des Nations sur l’ASSE au mois de janvier. Et pour cause, cinq à sept joueurs vont quitter Saint-Etienne le temps de disputer cette compétition et non des moindres : Harold Moukoudi, Yvann Neyou, Denis Bouanga, Saïdou Sow ou encore Wahbi Khazri sont concernés, ce qui explique les craintes légitimes de Pierre Ménès pour la suite de la saison de Saint-Etienne.

« Cela ne fait que deux victoires, même si ce sont deux victoires consécutives où les Verts montrent des qualités morales et une vraie volonté de ne rien lâcher. Maintenant, on sait que c’est fragile, la moindre rechute sera bien évidemment préjudiciable. La vraie inquiétude pour les Verts, c’est le mois de janvier avec 7 joueurs qui vont partir à la CAN. Mais effectivement pour dire une banalité, les points pris ne sont plus à prendre et le paysage ainsi que la météo sont plus souriantes qu’il y a quelques semaines » a jugé Pierre Ménès, qui se réjouit des récents résultats de Saint-Etienne mais qui demeure prudent pour la suite de la saison des Verts. Car la Coupe d’Afrique des Nations pourrait faire beaucoup de mal aux Verts. Ce n’est pas la première fois qu’un club de Ligue 1 est particulièrement pillé en période de CAN. On se souvient notamment que l’OM de Marcelo Bielsa s’était écroulé en 2015 pendant la Coupe d’Afrique des Nations, qui l’avait privé pendant plus d’un mois de ses tauliers de l’époque Nicolas Nkoulou et André Ayew.