PSG : Tuchel accuse l'Allemagne après son tacle au Qatar

PSG : Tuchel accuse l'Allemagne après son tacle au Qatar

Photo Icon Sport

Une interview musclée de Thomas Tuchel sur son poste à Paris a été publiée par un site allemand. L'entraîneur du PSG a démenti la teneur des propos qui lui sont prêtés.

A six mois de la fin de son contrat au Paris Saint-Germain, Thomas Tuchel semble avoir compris que du côté de Doha on ne lui proposera pas une prolongations, Leonardo et Nasser Al-Khelaifi n’étant pas fans du technicien allemand. Et c’est dans ce contexte que mercredi, le site allemand Sport1 a sorti une longue interview du technicien parisien, qui avait visiblement des choses à dire, dans sa langue natale, sur son rôle au PSG. « En toute honnêteté, au cours des six premiers mois, je me suis dit : Suis-je toujours entraîneur ou suis-je un politicien du sport, un ministre des Sports ? Où est mon rôle d’entraîneur dans un tel club, maintenant ? », avait notamment confié Thomas Tuchel aux journalistes allemands, lequel se demandait par ailleurs s’il était réellement fait pour entraîner un club comme Paris où le sportif n’était, selon lui, pas la priorité. Conscient que ses propos supposés faisaient du bruit jusque’à Doha, Thomas Tuchel a tenu à calmer le jeu après la victoire du PSG face à Strasbourg. 

Pour le technicien allemand du Paris SG, il y a clairement un bug avec cette interview. « Au début, je dois le dire, j'ai fait une vidéo avec un journaliste qui a dit qu'il faisait quelque chose pour les entraîneurs allemands. Ce n’était pas une interview pour lui personnellement, ce n’était pas pas autorisé ce qu’il a fait. Je ne l’avais pas du tout autorisé, et cette phrase sur les 6 premiers mois c’est une blague en allemand, et pas une traduction correcte. On ne peut pas traduire mot pour mot et dire « vous avez dit cela ». C’était une blague quand on parlait, et ce qu’il a fait n’était pas autorisé », a expliqué, un peu gêné aux entournures, Thomas Tuchel, conscient que ses employeurs vont probablement peu apprécier cette peau de banane glissée par leur entraîneur à la veille de Noël.