PSG : Le Parc n'est plus en vente, Al-Khelaïfi aurait mieux fait de se taire

PSG : Le Parc n'est plus en vente, Al-Khelaïfi aurait mieux fait de se taire

Alors qu’Anne Hidalgo a annoncé que le Parc des Princes n’était pas à vendre, la Mairie de Paris négocie toujours avec la direction du Paris Saint-Germain pour un éventuel agrandissement du célèbre stade du club de la capitale.

Les débats sont de plus en plus tendus entre le PSG et la Mairie de Paris. Si les deux parties ont longuement discuté d’une potentielle vente du Parc des Princes au cours des derniers mois, Anne Hidalgo a décidé de refermer ce dossier en annonçant que le Parc des Princes ne serait pas vendu au PSG dans l’immédiat. Une décision qui a choqué Nasser Al-Khelaifi, et c’est donc pour cette raison que le PSG envisage désormais de déménager au Stade de France. Ce qui ne serait pas vraiment au goût de la Mairie de Paris, toujours ouverte aux discussions pour trouver un terrain d’entente avec le club phare de la capitale française. Et pour cela, le projet d'agrandir le Parc des Princes est remis sur la table, comme le confirme Pierre Rabadan.

« On a des propositions concrètes à faire au PSG »

« L’histoire du PSG doit continuer au Parc des Princes, c’est notre volonté. Je crois que la maire de Paris a été claire : le Parc des Princes n’est plus à vendre. Il y avait des discussions depuis très longtemps, maintenant la maire a décidé. On est un partenaire du club, on doit reprendre les discussions hors médias interposés. On a des propositions concrètes à faire au PSG pour arriver à une situation d’agrandissement du stade, qu’on partage et qui puisse satisfaire le club afin qu’il reste au Parc des Princes dans un stade qui convient à son modèle. Je n’ai pas la date mais une réunion devrait arriver ces prochains jours. C’est extrêmement simple : on ne s’est jamais positionné contre le club. Les dirigeants du PSG ont exprimé une volonté, il y a eu des discussions et puis il y a eu des prises de position et des mots échangés par médias interposés, obligeant la mairie à dire qu’elle ne vendrait pas. Mais il y a d’autres modèles qui permettent de faire des travaux d’agrandissement, d’amortir les investissements, d’avoir un outil plus en adéquation avec les besoins du PSG avec plus de places et d’hospitalité, soit les deux grands besoins », a lancé, sur RMC, l’adjoint à la Mairie de Paris, qui estime donc que tout le monde peut sortir gagnant des discussions en cours. A condition d'éviter les prises de parole qui mettent le feu, comme avait pu le faire assez fermement Nasser Al-Khelaïfi pendant la Coupe du monde au Qatar.