Draxler, le PSG continue de payer très cher !

Draxler, le PSG continue de payer très cher !

Icon Sport

Très actif cet été afin de dégraisser son effectif, le PSG a prêté Julian Draxler au Benfica Lisbonne.

Ce mercredi soir, le Paris Saint-Germain va retrouver une vieille connaissance en la personne de Julian Draxler, prêté une saison sans option d’achat au Benfica Lisbonne. A la recherche de temps de jeu dans l’optique de la Coupe du monde au Qatar, qu’il espère disputer avec l’Allemagne, Julian Draxler a accepté un prêt au Benfica, malgré sa volonté initiale de rester au PSG. Conscient qu’il ne disputerait pas le Mondial s’il restait à Paris, où son temps de jeu allait être très restreint, Julian Draxler a fait des concessions pour s’engager en faveur du Benfica. Dans son édition du jour, L’Equipe indique que l’international allemand a accepté de diminuer son salaire pour signer au Portugal. Et pour cause, Julian Draxler émargeait à plus de 5 millions d’euros par an au Paris Saint-Germain. Or, le Benfica Lisbonne ne lui versera que 2 millions d’euros nets pour la saison 2022-2023.

Les révélations de L'Equipe sur le salaire de Draxler

Conformément à l’accord conclu entre le PSG et le Benfica Lisbonne l’été dernier, le club de la capitale française continue toutefois de payer une partie des émoluments de Julian Draxler. En effet, L’Equipe dévoile que le champion de France en titre compense en partie la perte des émoluments de Julian Draxler en lui versant une prime d’un million d’euros et plus de 500.000 euros de bonus. Mis à bout, au total, l’ancien meneur de jeu de Wolfsburg va percevoir 3,5 millions d’euros cette saison, une somme inférieure à ce qu’il percevait la saison dernière. Mais afin de le convaincre d’accepter cette baisse de salaire, le Paris Saint-Germain s’est contractuellement engagé à lui verser de meilleures conditions financières en 2023-2024, lors de sa dernière année de contrat au PSG. La saison prochaine à Paris, l’international allemand va percevoir 5,5 millions d’euros. Une sacrée augmentation salariale qui valait bien une petite pige à Benfica, où Draxler s’éclate dans la peau d’un titulaire indiscutable.