OL : Le secret de Paqueta dévoilé, c'est énorme

OL : Le secret de Paqueta dévoilé, c'est énorme

Icon Sport

Lucas Paqueta est rapidement devenu l'une des pièces essentielles de l'Olympique Lyonnais. Son style de jeu et sa personnalité sont très appréciés par les fans du club rhodanien.

L'OL s'est offert les services de Lucas Paqueta en 2020 pour la somme de 20 millions d'euros. Un investissement onéreux pour des Gones qui ne regrettent pas leur choix. A l'OL, le Brésilien a vite mis tout le monde d'accord grâce à un talent hors du commun. S'il n'est pas certain de rester dans le Rhône l'été prochain lors du mercato, le milieu de terrain veut se donner toutes les chances de taper dans l'oeil du sélectionneur auriverde, Tite, dans l'optique de disputer la prochaine Coupe du monde au Qatar. Comme indiqué lors d'une interview accordée pour Le média carré, jouer un Mondial reste l'un de ses plus grands rêves, tout comme représenter les couleurs d'un club en Ligue des champions. Plus étonnant, Lucas Paqueta a aussi raconté une anecdote assez insolite sur... son nom de famille. 

Lucas Paqueta, une histoire pas commune 

Comme la plupart des Brésiliens, Lucas Paqueta a hérité d'un surnom pendant son enfance au Brésil. Quand il évoluait sous les couleurs de Flamengo, certains de ses camarades l'ont baptisé du nom de Paqueta, sa véritable identité étant Lucas Tolentino Coelho de Lima.  « Quand je jouais à Flamengo, tous les enfants jouaient ensemble. Un des jeux était : celui qui habite le plus loin paye le goûter. Et comme j'habitais sur une île à Paqueta, j'étais le plus éloigné de tout le monde. J'ai fini par payer le goûter. Et de là, tout le monde m'a surnommé Paqueta », a souligné la pépite de 24 ans, qui devrait-là en surprendre pas mal parmi les fans de l'Olympique Lyonnais. Des fans qui pourraient voir Lucas Paqueta filer à l'anglaise cet été. Selon les informations du Chronicle, Arsenal mais surtout Newcastle lui font les yeux doux. Chez les Magpies, Paqueta pourrait retrouver son grand ami et ancien Lyonnais, Bruno Guimaraes, parti l'hiver dernier.