OL : Le repas Aulas-Galtier, les cartes étaient truquées

OL : Le repas Aulas-Galtier, les cartes étaient truquées

Avant de faire signer Peter Bosz, l'Olympique Lyonnais a pensé à Christopher Galtier et personne n'a oublié le diner pris par l'entraîneur français avec Jean-Michel Aulas et Juninho à Lyon. Mais les dés étaient pipés.

La saison 2021-2022 a rapidement débuté du côté de l’Olympique Lyonnais, puisqu’au lendemain de la défaite de l’OL face à Nice, Rudi Garcia a dynamité son club, scellant définitivement un avenir que tout le monde connaissait, à savoir qu’il ne serait pas prolongé. Lyon n’a évidemment pas été surpris, et il est clair que le club rhodanien avait un coup d’avance. Cependant, l’OL n’était pas le seul à avoir pris les devants, car comme l’explique ce dimanche Julien Fournier dans L’Equipe, l’OGC Nice avait avancé ses pions concernant Christophe Galtier. Le directeur du football du Gym explique notamment que les contacts avec celui qui était alors l’entraîneur de Lille ont débuté en janvier 2021, après le départ de Patrick Vieira et qu’il s’agissait juste de savoir s’il serait intéressé de venir à Nice. Cela a ensuite débouché sur plusieurs rencontres concrètes entre Fournier et Galtier, avant un accord officialisé fin juin.

Galtier avait choisi Nice avant de rencontrer Lyon

Mais entre-temps, Christophe Galtier a notamment discuté avec Naples et surtout avec l’Olympique Lyonnais. On s’en souvient, le mardi 24 mai, l’entraîneur était venu diner à Lyon avec les dirigeants de l’OL quelques jours seulement après avoir annoncé qu’il voulait relever un nouveau challenge après avoir gagné le titre de Champion de France avec Lille. Mais le dirigeant niçois l’avoue, ce repas ne changeait rien et Jean-Michel Aulas n'avait plus vraiment la main dans ce dossier. « Christophe avait eu accès à des infos confidentielles sur l'effectif, sur le club, et, s'il avait choisi de ne pas venir, peut-être aurait-on pensé que c'était risqué. Mais entre nous, la confiance était totale. Ensuite, je lui ai dit qu'il fallait couper la ligne, qu'il devait se consacrer à la fin de saison de son club, et nous ne nous sommes plus appelés pour évoquer Nice. Nous n'avons pas douté quand il a répondu ensuite à l'invitation de Jean-Michel Aulas ou de Naples. C'était normal, respectueux aussi envers ces clubs et, n'ayant rien signé, il avait de toute façon toute liberté », explique le directeur du football de l’OGC Nice, qui reconnaît n’avoir jamais douté que Galtier viendrait au Gym.