OL : Cherki et Bard accusés, Sidney Govou cible les vrais coupables

OL : Cherki et Bard accusés, Sidney Govou cible les vrais coupables

Photo Icon Sport

Sidney Govou avait critiqué l'attitude supposée de Melvin Bard et Rayan Cherki, entrés directement aux vestiaires après avoir été remplacés contre le SCO. L'ancien joueur rectifie le tir.

Dimanche, remplacés en cours de match face à Angers, Melvin Bard et Rayan Cherki avaient fait l’objet d’un bad buzz, les deux jeunes joueurs de l’Olympique Lyonnais étant accusés d’avoir décidé de rentrer directement vers les vestiaires sans même regarder la fin du match entre le SCO et l’OL sur le banc de touche. Sidney Govou avait notamment fait part de son mécontentement face à ce comportement supposé de Bard et Cherki. Mais en fait, il s’avère que c’est le staff lyonnais qui avait demandé à ces deux derniers d’aller directement aux vestiaires, et ce vendredi Sidney Govou tient à rectifier le tir. Car si l’ancien attaquant de l’Olympique Lyonnais pardonne aux deux joueurs, il ne comprend pas du tout le choix fait par les adjoints d Rudi Garcia.

S’exprimant dans Le Progrès, Sidney Govou reste très offensif. « Ma dernière chronique a fait beaucoup de bruit. Je disais qu’il était inadmissible de rentrer aux vestiaires quand vous étiez remplacés pendant le match. Si tu n’as pas à te faire masser par le kiné pour des soins ou à t’économiser pour le match de Ligue des Champions dans trois jours, je ne peux pas le comprendre. J’ai pensé que les torts venaient des joueurs. Après avoir beaucoup échangé, je m’aperçois que c’était une demande d’une partie du staff. Était-ce judicieux ? Je persiste et je signe : non ! (...) On ne peut pas demander à un joueur d’être hyper pro et lui donner la possibilité de rentrer aux vestiaires. Le foot, c’est un sport d’équipe, collectif. Qu’il fasse froid, qu’il pleuve, on ne rentre pas aux vestiaires avant la fin. À qui les responsabilités ? (...) Je n’en veux pas aux gamins qui sont sortis, mais plus au système. Ne vous plaignez pas ensuite si les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez », explique le consultant du quotidien régional.