OL : Aulas menacé par un putsch financier ?

OL : Aulas menacé par un putsch financier ?

Icon Sport

L'Olympique Lyonnais ne devrait pas, sauf miracle, disputer la coupe d'Europe la saison prochaine. Une réorganisation est prévue au sein de l'institution rhodanienne pour préparer l'avenir.

L'OL est totalement passé à côté de sa saison en Ligue 1. En Ligue Europa, le parcours s'est arrêté brutalement en quarts de finale face à West Ham. Les motifs de satisfaction sont peu nombreux par rapport aux ambitions du club rhodanien en début de saison. Alors que le prochain mercato est très attendu à l'OL, il faudra attendre la future réorganisation du club pour savoir quelle direction il prendra. Une réorganisation qui devrait avoir lieu dans les prochaines semaines selon RMC.

L’OL veut en effet connaître l’identité de ses futurs actionnaires pour être fixé sur son avenir. Car Pathé et IDG Capital Partners, qui possèdent 19,85% et 19,36% d’OL Groupe, ont récemment annoncé leur souhait de revendre leurs parts. Point rassurant pour le club, L'OL n'aura pas de mal à les remplacer. Selon Bloomberg, au moins six investisseurs ont déjà signifié leur intérêt pour acheter les parts mises en vente.

Jean-Michel Aulas menacé à l'OL ? 

Aujourd'hui, Jean-Michel Aulas détient 28% d’OL Groupe via Holnest, sa holding familiale. 28% qui font de lui l'actionnaire majoritaire. Mais la donne pourrait changer si un nouvel actionnaire raflait l'ensemble des parts de Pathé et d'IDG Capital Partners, ce qui ferait au total 39,21% détenus. Aulas deviendrait alors actionnaire minoritaire, ce qui modifierait son rôle à l'OL. Actuellement, l'homme fort des Gones peut profiter d’un pacte de gouvernance qui lui permet de garder le pouvoir de décision. Pour rester sur cette même dynamique et garder la main sur l'OL, JMA a comme plan, selon RMC, de refaire comme en 1999 quand Pathé est rentré dans le capital d’OL Groupe. A l'époque, Jean-Michel Aulas avait tout fait pour garder le pouvoir de décision. Pour l'instant, rien n'est encore sûr et certains postes sont susceptibles de changer. Un contexte peu évident alors que les pertes du club lyonnais ont été estimées à 150 millions lors de la saison 2020-21 à cause de la pandémie mais également du fiasco Mediapro et du manque à gagner dû à la non-qualification en coupe d'Europe.