OL : Aulas déçu par Garcia, le coup de pression

OL : Aulas déçu par Garcia, le coup de pression

Jean-Michel Aulas a fait passer un message à son entraîneur et ses joueurs cette semaine. La crainte de tout perdre est réelle chez le président de l’OL. 

Un nul contre Reims et contre l’OM, une défaite contre le PSG, l’OL ne tient pour le moment pas le rythme d’un futur champion de France. Malgré son implication toujours présente dans la lutte pour le titre, l’Olympique Lyonnais est désormais légèrement décroché avec trois points de retard sur Lille et le PSG. Et surtout un seul point d’avance sur une équipe de Monaco qui entend bien se mêler à la lutte jusqu’au bout. De quoi provoquer la récente prise de parole de Jean-Michel Aulas, qui a assuré que l’avenir de Rudi Garcia ne serait décidé qu’à la fin de la saison, et qu’il vaudrait mieux pour son argumentaire, que l’ancien coach de l’OM soit le plus performant possible. Un message qui est loin d’être anodin pour José-Karl Pierre Fanfan, le consultant de Canal+ qui a décrypté les raisons de cette prise de parole musclé. Fini le Aulas discret, le président de l’OL n’a pas envie de se rater dans cette fin de saison, et craint de tout perdre, avoue l’ancien joueur du PSG et de Monaco notamment. 

« Je pense que les joueurs et l’entraineur Rudi Garcia ont la pression. Dans les équipes en lutte pour le titre, c’était la seule équipe qui n’avait pas de Coupe d’Europe, qui avait la possibilité de préparer ses matchs au quotidien, qui n’a pas été impactée par trop de blessures ou de cas de Covid. Je pense qu’Aulas s’attendait à ce moment-là de la saison, à avoir peut-être quelques points d’avance et à lutter différemment, pour ne pas être encore outsider en difficulté comme ils le sont aujourd’hui. Je pense qu’il est aussi malgré tout déçu. Sa prise de parole, c’est sa façon de dire « le titre ok, mais les places européennes, notamment en Ligue des Champions, sont vitales ». Il met la pression sur son groupe car il ne veut pas se contenter de la quatrième place, et la troisième place, elle n’est pas acquise », a prévenu Pierre Fanfan, pour qui l’OL serait bien inspiré de repartir de Lens avec une victoire, samedi prochain à Bollaert. Histoire de montrer que le fameux sprint final est toujours une spécialité lyonnaise.