France : Zidane après Deschamps, qui peut contester ?

France : Zidane après Deschamps, qui peut contester ?

Photo Icon Sport

Didier Deschamps sera sur le banc de l'équipe de France jusqu'au Mondial au Qatar. Mais qui mieux que Zinedine Zidane peut le remplacer ? A la FFF, on a la réponse.

L’heure du changement n’est pas encore intervenue à la tête de l’équipe de France, Didier Deschamps ayant deux gros challenges devant lui, à savoir l’Euro 2021 et un an plus tard le Mondial au Qatar. Mais si le sélectionneur national ne pense pas encore à la retraite, du côté de la Fédération Française de Football on semble avoir déjà une petite idée concernant la succession de celui qui a mené les Bleus au titre mondial en 2018. Ancien chef de presse emblématique de l’équipe de France, Philippe Tournon, qui était du titre 2018 avec Aimé Jacquet et de celui en Russie, estime que Noël Le Graët est bien conscient que Zinedine Zidane a toutes les qualités pour devenir l’entraîneur tricolore après Didier Deschamps. Dans son livre « La vie en  bleu », Philippe Tournon admet qu’il n’y croyait pas trop quand Zizou était joueur, mais que désormais c’est une évidence.

Plutôt discret durant sa carrière de footballeur, Zinedine Zidane a montré avec le Real Madrid qu’il était un sacré meneur d’hommes. « Si vous m'aviez posé la question en 200, quand il a quitté la scène de joueur, je vous aurais dit: « Je ne vois pas trop, il va falloir qu'il se lâche, qu'il prenne du coffre ». Depuis, avec ce qu'il a fait au Real avec deux titres de champion et trois coupes d'Europe, jackpot, c'est énorme. Le président Le Graët l'a dans un coin de sa tête. C'est à peu près dans l'ordre naturel des choses », explique l’ancien attaché de presse de l’équipe de France, qui n’est pas le seul à penser que Zizou est l’homme qu’il faudra après le départ de Didier Deschamps de son poste de sélectionneur de l’équipe de France. L'an dernier, le président de la FFF avait reconnu qu'effectivement Zinedine Zidane était le favori logique au poste, reste que les élections à la tête de la Fédé pourraient inverser la donne, même si là aussi cela semble peu probable.