Mercato : Cinq clubs sur Lewandowski, le PSG est dans le coup

Mercato : Cinq clubs sur Lewandowski, le PSG est dans le coup

Véritable machine à buts du Bayern Munich, Robert Lewandowski arrive à l’Euro avec l’ambition de porter la Pologne le plus haut possible.

Mais l’attaquant de pointe, souvent considéré comme le « 9 » le plus complet et efficace en Europe, est titillé par l’idée de changer d’air. Après sept ans au Bayern Munich, il estime avoir fait le tour de la question avec le club bavarois, pour qui il a tout simplement tout gagné. A 32 ans, le joueur révélé au Borussia Dortmund se dit que le moment est parfait pour signer un dernier gros contrat, et les clubs qui rêvent de le recruter ne manqueraient pas de se positionner si ce désir devait se confirmer. Selon AS, c’est bien le cas et Lewandowski a fait le point avec son agent sur les clubs qui peuvent le faire venir. 

« D’après des sources proches de l’attaquant polonais, le joueur est ouvert à la possibilité de changer d’air pour affronter de nouveaux défis. Lewandowski pense que c’est le moment parfait pour découvrir une nouvelle culture, un nouveau championnat. Il a un contrat jusqu’en 2023 et le club munichois est très réticent à l’idée de le vendre », a fait savoir le journal espagnol. Ils sont cinq actuellement à faire partie des points de chute possible discutés dans l’entourage du Polonais. Il y a tout d’abord un fort accent anglais dans les premières pistes, puisque Chelsea, Manchester City et Manchester United sont considérés comme des clubs parfaits pour Lewandowski. C’est aussi le cas du Real Madrid, si jamais la Maison Blanche ne parvenait pas à faire signer Haaland ou Mbappé cet été. Et enfin, le PSG est cité pour sa volonté de trouver un finisseur encadrant Neymar et Mbappé, alors que la présence d’Icardi la saison prochaine est de plus en plus incertaine. Un magnifique plateau pour le buteur du Bayern Munich, qui ne sera toutefois pas bradé, les dirigeants bavarois ayant régulièrement fait savoir que Lewandowski n’était pas du tout sur le départ, et surtout qu’ils étaient de toute façon encore moins vendeurs.