ASSE : Un nouveau candidat au rachat, mais c'est trop tard

ASSE : Un nouveau candidat au rachat, mais c'est trop tard

Icon Sport

En un an, le dossier de la vente de l'AS Saint-Etienne n'a pas vraiment avancé. Le duo Caiazzo-Romeyer est encore aux manettes et le feuilleton est bien plus calme. Toutefois, le Canadien John Chayka vient de se positionner. Mais, il risque d'être bien déçu.

En octobre 2021, Bernard Caiazzo et Roland Romeyer voulaient redonner un nouveau souffle à l'AS Saint-Etienne en mettant en vente le club. Le début du processus donnait espoir aux supporters des Verts lassés par les résultats sportifs en berne, ainsi que par le duo présidentiel présent depuis près de deux décennies au club. Toutefois, à l'image de la saison sportive de l'ASSE, ils ont rapidement déchanté. Entre candidatures peu sérieuses avec notamment l'histoire du prince du Cambodge et exigences financières abusives des deux co-présidents, la vente du club apparaît bel et bien au point mort désormais. 

L'ASSE n'est plus à vendre, John Chayka va être frustré

Aujourd'hui en Ligue 2, le club stéphanois est moins attractif que précédemment. Cependant, les offres n'ont pas cessé d'arriver. La piste la plus chaude est, depuis de nombreux mois, celle de David Blitzer. L'homme d'affaires américain tourne autour du club, il a fait une proposition, mais rien n'a été finalisé au grand dam des supporters stéphanois. Le Progrès les a un peu rassuré ces derniers jours en annonçant l'arrivée d'un nouveau candidat. Il s'agit du Canadien John Chayka. 

Cet homme d'affaires de 26 ans détient la société d'investissement JKC Capital et il est déjà propriétaire de la franchise de hockey sur glace des Coyotes de l'Arizona depuis 2016. Il veut maintenant détenir un club de football européen et a jeté son dévolu sur l'ASSE après avoir échoué à acheter le Standard de Liège. Enfin le déblocage du dossier de vente ? Pas pour l'Equipe. Le quotidien sportif se montre pessimiste sur l'arrivée de John Chayka à Saint-Etienne puisque l'ASSE ne serait plus à vendre selon ses informations, venant contredire celles du Progrès un peu plus tôt dans la semaine. Cette deuxième option est d'autant plus crédible après les différentes déclarations et postures des présidents ces derniers mois. Les deux hommes préfèrent sans doute attendre que le club ne remonte en Ligue 1 pour retrouver de la valeur et faire repartir les enchères à la hausse. Les supporters stéphanois vont devoir encore patienter pour voir une poule aux œufs d'or.