ASSE : 1 seconde de foot pour 2,5ME, Sainté jouera la finale !

ASSE : 1 seconde de foot pour 2,5ME, Sainté jouera la finale !

Photo Icon Sport

Les dirigeants stéphanois répètent qu'ils refusent de jouer la finale de la Coupe de France contre le PSG à huis clos. Mais une clause du contrat de Saliba les poussent à changer d'avis.

Le 25 avril dernier, l’AS Saint-Etienne devait disputer la finale de la Coupe de France contre le Paris Saint-Germain. Mais ce qui devait être une grande fête s’est transformée en…rien, puisque le football a été stoppé au mois de mars à cause de l’épidémie de coronavirus. Pour l’instant, si la FFF a annoncé qu’elle voulait coûte que coûte faire jouer cette finale, à priori début août à huis clos au Stade de France sauf si le PSG doit jouer en Ligue des champions à cette date. Face à cela, Roland Romeyer a plusieurs fois dit qu’il refusait de jouer une finale sans le Peuple Vert. « Saint-Etienne, sans ses supporters, n'est plus Saint-Etienne. Pour moi, ce n'est pas possible de la jouer sans eux », a plusieurs fois répété le co-président de l’ASSE. Oui mais voilà, les Verts ont besoin d’argent et cette finale pourrait en rapporter beaucoup à Saint-Etienne, sans même parler du 1,5ME promis au vainqueur.

Car L’Equipe le dévoile ce jeudi, dans le cadre du transfert de William Saliba à Arsenal, les Gunners ont inséré une clause à hauteur de 2,5ME qui sera activé si le joueur est titulaire à 17 reprises cette saison. Mais après l’arrêt du Championnat, William Saliba n’a joué que 16 matchs comme titulaire, le joueur ayant été sérieusement blessé. Autrement dit, s’il débute la finale contre le PSG, William Saliba rapportera 2,5ME de plus à l’AS Saint-Etienne. Cependant, un problème pourrait toutefois se poser, puisque la saison sportive est censée se terminer le 31 juin, et en France c’est même plus tôt que les autorités ont officialisé la fin de la saison. Et les Gunners pourraient refuser de payer cette clause, le fameux 17e match prévu l'an dernier n’étant pas joué dans la saison 2019-2020. Bon courage aux avocats.