PSG : Neymar n'est pas un sale mec sans coeur

PSG : Neymar n'est pas un sale mec sans coeur

Icon Sport

À cause du Covid, de nombreuses entreprises ont dû mettre leurs activités sur pause, le temps que la pandémie passe. C'est notamment le cas pour une société de Neymar.

Neymar n'est pas qu'un footballeur, c'est aussi un businessman et une empire construit avec ses partenaires commerciaux. Alors qu'il s'apprête à prolonger son contrat jusqu'en 2026 avec le Paris Saint-Germain, avec un salaire annuel de 30 millions d'euros, l'international brésilien n'oublie pas non plus d'où il vient. C'est dans l'objectif d'aider certains jeunes de son pays qu'il a notamment lancé un institut en 2014. Mais sachant que le Brésil est gravement touché par le coronavirus, avec plus de 360 000 morts depuis le début de la crise, son bâtiment de 8 000 m2 est fermé depuis plus d'un an... Par conséquent, les 3 000 enfants défavorisés et âgés de 7 à 14 ans ne profitent donc plus des activités sportives et scolaires, ainsi que des soins médicaux. Les 142 employés et collaborateurs de l'établissement, situé dans le quartier de Jardim Gloria, à Praia Grande, où Neymar a grandi, sont aussi sur pause. Mais ils ne sont pas à plaindre, puisque le joueur du PSG traite ses salariés de la meilleure façon possible, vu qu'ils ont tous conservé leur salaire depuis le début de la crise.

Un joli geste de Neymar

Chaque mois, Neymar et sa famille déboursent 90.000 euros pour payer tous les salaires. Un joli geste qui sera prolongé jusqu'à la fin de la crise sanitaire. « Ma famille et moi maintenons l'ensemble de la structure, avec 142 employés, qui reçoivent leurs salaires et leurs avantages sociaux dans leur intégralité. Nous l'avons fait avec nos propres ressources. Les emplois et les salaires des personnes qui travaillent dans l'institut en sont assurés, quelle que soit la durée de la pandémie », a expliqué le père de Neymar sur UOL Esporte. Comme quoi, malgré les critiques autour de son comportement d'enfant gâté, Neymar n'oublie pas d'utiliser une partie de son salaire pour la bonne cause.