PSG : Neymar face au Real, la mauvaise nouvelle

PSG : Neymar face au Real, la mauvaise nouvelle

Icon Sport

Déjà blessé à 15 reprises depuis qu’il est au Paris Saint-Germain, Neymar est en plein sprint pour essaye d’être présent contre le Real Madrid en Ligue des Champions.

Le Brésilien, qui a simplement repris la course, risque d’être juste pour ce rendez-vous du 15 février mais comme souvent, le numéro 10 du PSG concentre toutes ses forces vives pour être prêt à temps. Il ne sera en tout cas clairement pas dans les meilleures dispositions pour affronter le géant espagnol, alors que son retour pourrait ne se faire que le 12 février, à l’occasion du match face à Rennes en Ligue 1. Neymar a encore besoin de deux semaines pour retrouver les sensations et reprendre les séances complètes, pour un joueur si souvent blessé et qui a déjà manqué plus de la moitié des matchs depuis qu’il a signé au Paris SG. Interrogé par Le Parisien, un chirurgien spécialisé dans les retours de blessure des sportifs fait bien comprendre que le timing sera forcément juste pour voir un grand Neymar contre le Real Madrid. 

Une absence plus longue que prévue pour Neymar

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NJ 🇧🇷 (@neymarjr)

« Son jeu exige de la vélocité et des changements d’appui, et cela peut générer des douleurs résiduelles à la cheville. Si, malgré tout ça, il parvient à revenir à la compétition quelques jours avant Madrid, il faudra ensuite mesurer s’il est capable de répondre à l’intensité et à l’endurance d’un match de Ligue des champions. J’ai du mal à penser qu’il puisse être opérationnel avant au moins quinze jours », a prévenu le spécialiste, pour qui le Brésilien risque d’être juste. Mais le PSG va tout faire pour remettre son meneur de jeu dans le coup, même si la fragilité physique du joueur freine visiblement son retour. Au départ, lors de sa blessure contre Saint-Etienne fin novembre, une absence de 6 à 8 semaines avait été annoncé par le PSG. Ce sera probablement 10 semaines en réalité, signe que les chevilles du Brésilien ne se réparent peut-être plus aussi rapidement que dans sa jeunesse.