Au PSG, il manquait un peu de « déconne » constate Jallet

Au PSG, il manquait un peu de « déconne » constate Jallet

Photo Icon Sport

Titulaire et même capitaine sous Carlo Ancelotti, Christophe Jallet a progressivement perdu du temps de jeu et de l’influence au sein du vestiaire parisien. Résultat, l’été dernier, il a décidé de quitter le club de la capitale pour relever le challenge lyonnais. Immédiatement, l’ancien lorientais s’est parfaitement acclimaté à l’ambiance plus familiale de l’OL. Mais ne comptez pas sur l’ancien parisien pour dire du mal du vestiaire du PSG, où l’entente était logiquement moins cordiale, sans que cela nuise au rendement ou à l’ambiance sur le terrain. 

« Je suis parti car j’avais moins de temps de jeu. Je n’avais pas une perspective d’avenir forcément réjouissante, à la fois sur le terrain et un peu dans le vestiaire - ou cela se passait très bien, mais ou humainement il me manquait quelque chose. Les années que j’ai vécues auparavant à Paris étaient totalement différentes, et c’est vrai que j’ai besoin de ça. Ce n’était pas trop professionnel,  car à partir d’un certain niveau, on est obligé d’avoir une rigueur. C’est impératif et c’est quelque chose que j’ai appris au contact des grands joueurs qui sont arrivés au sein du PSG. Je les remercie pour ça. Mais c’est vrai que j’ai besoin, moi, d’un peu plus de ‘déconne’ à côté, de vivre autre chose que le football, ce qui était un peu moins le cas à Paris. C’est pour cela que j’ai fait ce choix. Un vestiaire coupé en deux ? Oui et non. Déjà il y a la barrière de la langue, donc forcément quand on discute avec quelqu’un qui parle la même langue, c’est beaucoup plus simple. Maintenant, je peux vous dire que l’on s’entendait très bien sur le terrain et en dehors, il y avait une amitié et une affection », a tenu à préciser, sur Canal+, le latéral droit désormais à l’Olympique Lyonnais.