OL : Tout gagner et être champion, Aulas rêve à voix haute

OL : Tout gagner et être champion, Aulas rêve à voix haute

Le choc face au PSG arrive, et Jean-Michel Aulas croit en les chances de l'OL d'accomplir l'exploit de conserver ses chances pour le titre de champion de France. Tout en rendant un bel hommage à son futur adversaire.

C’est le sprint final, et Jean-Michel Aulas a décidé de reprendre la parole dans les médias. Le président de l’OL ne cache pas qu’il est émoustillé par cette fin de saison où quatre équipes peuvent encore prétendre au titre de champion de France, dont son club. A l’approche du match de dimanche face au PSG, l’idée de faire tomber le champion de France en titre et de se rapprocher d’un premier sacre national depuis 2008, fait clairement rêver le dirigeant rhodanien. Ce dernier y croit, mais reste aussi mesuré par rapport à la puissance de frappe de l’ogre parisien. 

« On a nos chances cette saison. On va recevoir Lille qui a trois points d’avance, on est à égalité avec le PSG. A neuf journées de la fin, si on gagne tout, on sera probablement champions. Même si on n’y croit pas trop, ça fait rêver...Le fait de pouvoir rivaliser avec eux, c’est d’autant plus valorisant. Mais tout en rêvant, on essaye de rester pragmatique. Normalement, ils ont encore un avantage certain », a confié le président de l’OL, qui tient en haute estime le PSG et son président Nasser Al-Khelaïfi. Il en fait d’ailleurs le favori pour la Ligue des Champions. 

Le PSG favori de la C1 pour Aulas

« Paris progresse et c’est mon favori en Ligue des champions. Il était en finale de la dernière édition. Nasser a également pris une autre dimension au sein du football français mais aussi du football européen », a confié au Parisien un Jean-Michel Aulas qui estime faire une belle paire avec le président du PSG pour défendre les intérêts de la France au niveau européen, mais aussi dans la bataille des droits télés, qui a été agités ces derniers mois. Un duo en tout cas bien difficile à imaginer il y a quelques années de cela, quand le président de l’OL n’hésitait pas à critiquer à haute voie le PSG et le Qatar, coupable selon lui de « fausser » la Ligue 1.