OL : Tolisso évite d'énerver le fauve PSG

OL : Tolisso évite d'énerver le fauve PSG

Icon Sport

Corentin Tolisso est revenu à l'OL cet été, à la grande surprise de certains observateurs qui le voyaient plus haut que chez le huitième de Ligue 1. Le champion du monde 2018 nourrit des ambitions avec son club formateur mais concurrencer le PSG semble encore trop difficile.

Champion du monde 2018 avec l'Equipe de France, champion d'Europe en 2020 avec le Bayern Munich, Corentin Tolisso s'est construit un sacré palmarès depuis son départ de l'OL en 2017. De quoi en faire un milieu coté sur le marché européen malgré ses blessures récentes. Toutefois, c'est bien à Lyon qu'il a posé ses valises cet été alors que le club rhodanien s'apprête à louper une nouvelle fois l'Europe. Avec l'apport d'autres éléments expérimentés comme Alexandre Lacazette ou Nicolas Tagliafico, l'OL aborde cette saison avec plus de confiance que l'exercice précédent.

Objectif podium, Tolisso ne veut pas brûler les étapes à l'OL

De nouvelles armes qui permettent à certains supporters de rêver en grand en Ligue 1. La bande à Corentin Tolisso peut-elle venir titiller le PSG et faire de l'OL un candidat au titre de champion de France ? Le milieu de terrain préfère ne pas y penser encore. Il sait d'où vient l'OL ces trois dernières saisons, lesquelles ont été marquées par trois non-qualifications en Ligue des champions. Retrouver la C1 serait déjà synonyme de saison réussie à ses yeux. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Corentin (@corentintolisso)

« Voilà, il ne faut pas être trop optimiste. L'objectif principal, c'est de retrouver la Ligue des champions. Après, si on peut batailler avec le PSG, ce serait une belle chose, mais ça ne sera que du bonus », a t-il sorti prudemment lors d'une interview pour l'émission Téléfoot ce dimanche. Humilité et modestie, tel est le crédo suivi par Corentin Tolisso, lequel est d'abord revenu à l'OL pour guider la jeune génération. Il sait donc par dessus tout qu'il ne faut pas aller trop vite en besogne pour ne pas subir de grandes désillusions, comme celles connues par l'OL ces derniers temps. Même si, pour cela, il doit tenir un discours frustrant pour ses plus fidèles supporters.