OL : Lyon 4e, un cauchemar financier ?

OL : Lyon 4e, un cauchemar financier ?

Avant la dernière journée de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais est à la quatrième place, synonyme d'Europa League et pas de Ligue des champions. Sur le plan financier, l'OL prendra un uppercut.

Pour la formation de Rudi Garcia, une victoire dimanche soir contre Nice au Groupama Stadium ne suffira peut-être pas pour finir sur le podium de Ligue 1. Dans le même temps, l’Olympique Lyonnais doit compter sur un nul ou une défaite de l’AS Monaco à Lens, Lille et le PSG étant impossibles à rattraper. Après une année sans Ligue des champions, Jean-Michel Aulas n’envisage pas que son club ne participe pas au banquet des grands clubs européens. Outre l’intérêt sportif pour l’OL, on l’a vu lors du superbe parcours en C1 en 2019-2020, c’est forcément sur le plan comptable que Lyon aura bien besoin des dizaines de millions d’euros du ticket pour la Ligue des champions. Dans un contexte financier rendu très compliqué par la faillite de Mediapro et la crise sanitaire qui a vidé les stades, OL Groupe a des comptes dans le rouge, même si le club rhodanien veut rester positif.

Pour Pierre Rondeau, économiste du sport, l’Olympique Lyonnais pourrait suer à grosses gouttes si dimanche soir à 23 heures Memphis Depay et ses coéquipiers ne sont pas sur le podium de la Ligue 1. « Ce serait difficile. Il y a plusieurs raisons à cela. La première est évidente, c’est la différence de dotation entre la Ligue des champions et l’Europa League. Par exemple, la prime de participation à la C1 est de 15,25 millions d’euros, contre un peu moins de 3 millions d’euros en C3 (...) A cela, il faut également rajouter les différents résultats, et là aussi, la différence de gains entre les deux compétitions est importante, sans oublier la prime historique. A la dernière rentrée, l’OL Groupe a publié une note de conjoncture auprès de ses actionnaires, en indiquant que les pertes assez conséquentes liées au Covid à l’époque (80 millions d’euros), pouvaient être compensées sur la saison sous plusieurs conditions. Tout d’abord, que les supporteurs reviennent dans les stades au 1er semestre 2021 et que les concerts et autres événements avec du public reprennent. Autre point, vendre des joueurs pour au moins 70 millions d’euros, ce qui n’est pas encore acté car le marché des transferts connaît des difficultés », explique, sur Olympique-et-Lyonnais.com, Pierre Rondeau avant cette 38e journée de Ligue 1.