OL : Aulas tente un coup de poker dans l'affaire Marcelo

OL : Aulas tente un coup de poker dans l'affaire Marcelo

Photo Icon Sport

Encore une fois pris pour cible par des supporters de l'Olympique Lyonnais, Marcelo a été à deux doigts d'en découdre physiquement. Jean-Michel Aulas veut tenter de calmer cette histoire.

Cela fait deux fois qu’il s’en faut de peu pour que Marcelo se batte avec des supporters de l’OL, des stadiers ayant réussi à chaque fois à éviter le pire. Déjà pris à partie avant le vol retour de Benfica, le défenseur brésilien de Lyon a constaté samedi à la mi-temps du match à Toulouse qu’il était dans le collimateur de certains fans de l’Olympique Lyonnais, lesquels ont été proches de voir Marcelo débarquer dans leur parcage pour distribuer des gifles. Mais bien évidemment cette situation ne peut pas durer et Jean-Michel Aulas veut jouer les intermédiaires pour que cesse ce clash entre son joueur et des supporters énervés.

Dans L’Equipe, le patron de l’Olympique Lyonnais dévoile donc la manière dont il va gérer le dossier Marcelo, prévenant d’avance que les fans concernés devront se calme quand même. « Je vais prendre le problème en main avec “Juni”. On a proposé une réunion au Kop Virage Nord. J’attends leur réponse ce soir (hier soir) ou demain (aujourd’hui). Ça va être compliqué avant Benfica mais dans la semaine certainement. On doit passer au-dessus des réticences entendues. Et quand on voit Memphis Depay étreint comme ça à la fin par nos supporters… Certains avaient aussi douté de lui et d’autres à un moment (...) Si on va se passer de Marcelo ? Hors de question ! On ne va pas se tirer une balle dans le pied. Rudi en a fait un choix sportif et ’’Juni’’ est dithyrambique sur Marcelo. Les problèmes de l’institution, je vais les régler avec ’’Juni’’. Et on peut compter sur le KVN », prévient Jean-Michel Aulas, le président de l’OL estimant que dans cette affaire les supporters sont fautifs à cause de leur passion pour le club rhodanien mais qu’après une bonne explication tout ira mieux. Pourquoi pas.