OL : Aulas en larmes, Lyon c'est trop d'émotion

OL : Aulas en larmes, Lyon c'est trop d'émotion

DR

Le président de l'Olympique Lyonnais vit une période incroyable puisqu'après avoir fêté ses 35 ans aux commandes de l'OL, il va finaliser la vente de son club.

A 73 ans, Jean-Michel Aulas a déjà vécu énormément de bons moments, mais également des périodes plus compliquées dans sa vie, et surtout dans celle de président de l’Olympique Lyonnais. Et s’il y a quelques jours, tout le monde a célébré ses 35 années passées à la tête de l’OL, c’est désormais l’avenir qui se prépare, puisque mardi OL Groupe tiendra une nouvelle réunion afin d’étudier et de finaliser la cession de 40% du capital du club, et pourquoi pas plus. Même s’il a obtenu l’assurance de conserver son rôle encore quelques années, Jean-Michel Aulas sait que tout va probablement changer pour lui. Et forcément, lorsque Téléfoot est revenu sur son incroyable parcours depuis qu’il a repris l’Olympique Lyonnais l’émotion étai trop forte pour le patron de l’OL. De nombreux témoignages de reconnaissance ou de félicitations ont touché JMA, au point même de provoquer ses larmes devant les caméras de télévision.

Président de l'OL, une sacrée passion pour JM Aulas 

En pleurs, le boss de l’Olympique Lyonnais a reconnu que tout cela le secouait, avouant que ces 35 dernières années avaient été incroyables. « Des larmes ? Ce n'est pas une illusion, c'est vrai. Il y a la satisfaction du devoir accompli. Il y a aussi ce qui traverse mon esprit : mon père disparu, ma mère disparue, la famille. Oui, c'est un beau parcours qui m'a apporté beaucoup de joie, beaucoup de peine aussi, parce que les soirs de détresse c'est difficile à assumer. Mais c'est un parcours que je souhaite à tout le monde, a confié Jean-Michel Aulas, avant d’évoquer son avenir en tant que président de l’OL. Si je pense à passer la main ? Bien sûr. Ce ne serait absolument pas rationnel de ne pas l'imaginer à 73 ans. Il y a une famille derrière, des gens que j'aime à qui je dois d'être plus proche d'eux. Donc il faut dans l'avenir être prêt à passer la main le jour où les choses vont se faire. »