OL-ASSE : Les Lyonnais ont le pouvoir

OL-ASSE : Les Lyonnais ont le pouvoir

Icon Sport

Largement favori du derby contre l'ASSE qui se jouera ce vendredi, l’Olympique Lyonnais a plus que jamais besoin de ces trois points pour faire son retour dans la première partie du tableau.

De leur côté, les Verts sont en totale perdition et le changement d’entraineur n’y a pas fait grand chose. Malgré leur bonne volonté, les Stéphanois ont concédé une cruelle défaite contre Lens le week-end dernier, une de plus. Alors, l’OL, avec son effectif bien supérieur et à domicile, a toutes les cartes en mains pour confirmer sa domination de ces dernières années dans le choc de la région. Pour Sidney Govou, ce sont en tout cas les Lyonnais qui décideront du sort de ce match. « Ce match dépend en grande partie de l’OL. S’il arrive à mettre du rythme, à étouffer son adversaire, à récupérer le ballon dans les 30 derniers mètres, ça va être très difficile pour Saint-Etienne d’exister. Mais si l’OL joue au petit trot, comme la deuxième période contre Troyes, le match sera compliqué », a prévenu l’ancienne légende de l’OL, persuadée que si les joueurs de Peter Bosz jouent sérieusement, il n’y aura pas photo au tableau d’affichage. 

L'ASSE a le moral malgré les défaites

En face, l’ASSE n’a pas beaucoup d’arguments à faire valoir, surtout avec les manquements liés aux départs à la CAN. La situation est peu reluisante, et l’ancien vert Patrick Guillou ne voit pas vraiment le miracle venir. Même si, au moins, le changement d’entraineur a remis les têtes à l’endroit. « Aujourd’hui, l’état d’esprit est là côté stéphanois. Que ce soit en coupe, contre Nantes ou contre Lens, les joueurs ont montré l’essentiel, à savoir qu’ils sont dignes de porter le maillot vert. Mais ça ne suffit pas car il y a un manque de talent individuel. C’est au coach d’être le meneur, le leader et de trouver ses relais sur le terrain », a confié le consultant dans les colonnes du Progrès. Un derby a priori très déséquilibré donc, mais qui reste un match à part où tout peut se passer, l’histoire l’a déjà montré.