OM : Pierre Ménès s'inquiète pour Marseille

OM : Pierre Ménès s'inquiète pour Marseille

Photo Icon Sport

L'Olympique de Marseille a enchaîné une nouvelle victoire samedi contre Toulouse, mais c'est une évidence pour Pierre Ménès, l'effectif d'André Vilas-Boas commence à tirer sérieusement la langue.

Les statistiques de l’Olympique de Marseille sont clairement flamboyantes avec notamment l’absence totale de but encaissé en 2020, ce qui n’est pas un mince exploit. Mais tout comme face à Bordeaux, et à un degré moindre contre Saint-Etienne, l’OM a semblé manquer de jus contre Toulouse, ce que l’ensemble de l’effectif d’André Villas-Boas a reconnu sans problème. Oui mais voilà, même si Marseille n’est pas présent en Europe, et en a fini depuis longtemps avec la Coupe de la Ligue, le calendrier est dense pour un club dont l’effectif n’est pas pléthorique. Et Pierre Ménès le constate, l’Olympique de Marseille aborde une semaine compliquée avec deux grands rendez-vous (Lyon et Lille) et des joueurs rincés.

Mais le consultant de Canal+ n’est pas totalement pessimiste pour Marseille. « Samedi, on a eu droit à un OM épuisé, sans ressources physiques, sans idée, sans pouvoir d’accélération et qui aurait pu être mené après 30 secondes de jeu sur le poteau de Leya Iseka. Le match a été très pénible pour les Olympiens qui ont eu un nombre d’occasions famélique et n’ont dû leur salut qu’à un nouvel exploit de Payet, seul buteur du match sur une frappe de 25 mètres dans la lunette de Reynet. Quand on pense que la semaine prochaine, l’OM va à Lyon mercredi et à Lille dimanche, c’est à se demander si l’état de grâce marseillais peut durer encore longtemps. Cela dit, tant que Payet et Mandanda seront dans cette forme, tout sera possible pour l’équipe de Villas-Boas n’a toujours pas encaissé de but en 2020. Mais au niveau du jeu, c’était vraiment poussif », écrit, sur son blog, Pierre Ménès. En attendant, l'Olympique de Marseille a quand même fait le break en Ligue 1 et peut aussi espérer que Lyon fera tourner mercredi prochain en Coupe de France, le calendrier n'étant pas non plus favorable pour l'OL.