Nice est fort, Ben Arfa est très fort reconnaît l’ASSE

Nice est fort, Ben Arfa est très fort reconnaît l’ASSE

Photo Icon Sport

Christophe Galtier est revenu sur la défaite de son équipe face à Nice (1-4) ce dimanche soir à Geoffroy-Guichard. Alors que tous les projecteurs étaient braqués sur Geoffroy-Guichard pour voir si l’ASSE allait être le dernier club capable de suivre le rythme du PSG, les Verts ont volé en éclats face à une formation azuréenne pleine d’aplomb et un Hatem Ben Arfa survolté. Deux éléments qui ont fait la différence selon l’entraineur stéphanois, conscient qu’il y avait encore beaucoup de travail cette saison pour enchainer les succès. 

« Oui, c’est une défaite inattendue mais c’est une défaite logique. Avant de parler de nous, je tiens à féliciter l’équipe niçoise pour le jeu et la qualité qu’elle a déployés pendant le match. Elle n’a évidemment jamais fermé le jeu. Nous avons aussi été exposés au talent d'Hatem Ben Arfa qui a réalisé un match de très haut niveau. Cette équipe que l’on savait en forme et en confiance a su nous sanctionner, de manière radicale, sur des situations bien précises. La défaite fait toujours mal, mais elle est logique sur l’ensemble du match. Bien évidemment, beaucoup de choses n’ont pas fonctionné. Nous avons eu trop de déchets techniques. Avec les matches qui arrivent, j’avais opté pour un onze de départ afin d'apporter de la fraîcheur. Et finalement, nous en avons eu moins que l’adversaire. Pourtant, nous nous sommes procuré des occasions. Même si Nice nous a mis quatre buts, nous avons eu des situations favorables sur lesquelles nous n’avons pas su marquer. Nous avons eu une balle de 2-1 (tête de Robert Beric), puis une balle de 2-3 (tête de Vincent Pajot en début de seconde période), mais nous n’avons pas su être efficaces. C’est une soirée sans ! Il faut bien analyser cette défaite. Quand il y a des jeunes sur le terrain et que les choses ne se passent pas comme on le souhaite, il faut avoir la capacité mentale de résister à la pression pour changer le scénario du match. Le public a répondu présent alors que la situation ne nous était pas favorable », a souligné un Christophe Galtier pas vraiment satisfait par quelques individualités, et notamment dans l’animation offensive où Bamba, Eysseric ou Bahebeck ont été peu inspirés. 

Share