Le médecin de l'OM donne son ordonnance pour David Luiz

Le médecin de l'OM donne son ordonnance pour David Luiz

Photo Icon Sport

Le retour de David Luiz avec le Paris Saint-Germain n’a pas été gagnant, loin de là, mais sur le plan médical il a fait couler aussi de l’encre. Il est vrai que voir le défenseur brésilien de retour moins deux semaines après sa blessure contre l’OM alors qu’il était annoncé forfait pour quatre semaines a étonné pas mal de monde. Alors que certains ont rapidement fait planer l’ombre d’une solution « miracle » mais pas vraiment recommandable, une large majorité des spécialistes pense que le staff du PSG s’est peut-être trompé en annonçant une aussi longue absence de David Luiz. C’est ce que pense, dans l’Equipe, Christophe Bauchot lequel estime qu’il n’y a eu ni miracle ni tricherie dans le cas du défenseur brésilien.

« Je ne juge pas le staff médical du PSG ni son médecin, que je connais bien, et qui est un grand chirurgien. En plus, le PSG est adossé à la clinique Aspetar, au Qatar, l’une des plus en pointe dans le secteur de la médecine du sport. Mais lorsqu’on a un pronostic évalué à au moins quatre semaines et que la personne revient en dix jours, ça laisse la place aux fantasmes les plus fous... (…) Mais je peux vous assurer qu’on ne peut pas réduire par trois ou quatre le délai d’une lésion annoncée aussi importante, a confié, dans le quotidien sportif, le médecin de l’Olympique de Marseille, qui pense tout simplement que la durée initiale de la blessure du défenseur brésilien avait probablement été surestimée, et que le retour doit autant à la motivation du joueur qu’à cette erreur à la base. Les images sont souvent alarmistes et il faut savoir reconsidérer le diagnostic 48 ou 72 heures après. Le pronostic reste l’analyse d’un faisceau d’arguments. Le travail de David Luiz en Russie prouve aussi sa force mentale et sa motivation extrême. Le pronostic initial a été probablement surévalué pour des raisons que je ne connais pas. Notre devoir est de fermer la porte aux suspicions qui, au final, vont retomber sur le joueur, sur le staff médical et sur le club. Et la médecine du sport en France.»

Share