Au PSG, Blanc se sent trop ambitieux pour les petits clubs

Au PSG, Blanc se sent trop ambitieux pour les petits clubs

Photo Icon Sport

Elu meilleur entraîneur français de l’année par France Football, Laurent Blanc a commenté sa carrière de technicien. L’occasion pour lui de définir son profil et ses préférences.

Gagner, gagner et encore gagner. Soit le mot d’ordre de Laurent Blanc depuis le début de sa carrière d’entraîneur. C’est pourquoi le Cévenol avait débuté son parcours sur le banc des Girondins de Bordeaux après avoir refusé l’offre de Louis Nicollin à Montpellier. Un choix cohérent pour cet « amoureux du beau jeu dans le vrai sens du terme » qui a toujours voulu diriger des « des équipes qui arrivent à mettre en difficulté l’adversaire avec leurs qualités propres ».

« Je n’ai pas choisi ce métier par vocation. J’y suis venu pour gagner ! Je suis plus un entraîneur de compétition qu’un entraîneur bâtisseur, a expliqué le coach du Paris Saint-Germain. Je n’ai pas changé depuis Bordeaux sur les raisons qui m’ont poussé à m’asseoir sur un banc. Quand je dis cela, ce n’est pas péjoratif. J’éprouve un infini respect pour les entraîneurs qui bâtissent sur du long terme. Dès le début, j’ai été clair, en premier lieu avec moi-même. Je m’étais dit que je ne ferai ce métier qu’avec un ou des clubs qui m’offriraient les moyens de gagner. » Et pour cause, Blanc ne compte pas s’éterniser dans le métier, lui qui ne s’imagine pas « encore sur un banc à 65 ans » mais plutôt « dirigeant de club, peut-être ».

Share