Pascal Praud pleure déjà Gerland

Pascal Praud pleure déjà Gerland

Photo Icon Sport

C'est bien connu, la musique c'était mieux avant, la télé c'était mieux avant et le foot forcément c'était mieux avant. Pour Pascal Praud, il est évident que les stades aussi c'était mieux avant. Sur Yahoo, le journaliste d'I-Télé revient sur le dernier derby OL-ASSE à Gerland, surtout pour dire le regret qu'il avait de voir l'Olympique Lyonnais s'installer dans un nouveau stade sans âme et sans histoire. 

« Nous n'irons plus à Gerland comme nous n’allons plus à Chaban. Au nom du confort, de la modernité, des recettes qu'il faut augmenter, des tribunes qu'il convient d'agrandir, au nom de penser à demain, les dirigeants zappent hier. Gerland est mort ! Vive le stade des Lumières !  Et dire que je déteste les nouveaux stades ! Je hais ces endroits construits au milieu de nulle part, entre une rocade et quelques magasins de bricolage (…)  Nous n'irons plus à Gerland et je pense à la tristesse des vieux lyonnais. Ils referment un album de famille. Gerland comme Chaban rappellent des souvenirs, des images, un parfum. Gerland illustre un passé, recouvre une âme, raconte une histoire. Les buts de Sonny Anderson, les passes de Serge Chiesa, les coups-francs de Juninho. Fleury Di Nallo, Bernard Lacombe, Raymond Domenech puis Gregory Coupet et Karim Benzema ont joué sur cette pelouse. Des centaines d'autres comme Aimé Jacquet. Qu'ils me pardonnent de ne pas les citer. Gerland fermera en 2016 et j'imagine le désarroi des habitués qui gardaient la même place d'une année sur l'autre, qui retrouvaient les mêmes fidèles avec les mêmes habitudes : celui qui arrive une heure avant le match, ou l'autre qui s'assoit quand la rencontre a commencé », regrette Pascal Praud, fulminant aussi contre le naming qu’il déteste. Finalement, la télé en noir et blanc c'était pas mal non ?

Share