L'OL en totale déconfiture face à Astra

L'OL en totale déconfiture face à Astra

Photo Icon Sport

Enorme douche froide pour l’Olympique Lyonnais, battu à domicile et logiquement par Astra (1-2). Le match, bien parti, a tourné en seconde période en faveur des Roumains, laissant craindre le pire à l’OL en vue du retour. 

C’est face à un club littéralement inconnu au bataillon européen que l’Olympique Lyonnais se préparait à jouer son billet pour la phase de poule de l’Europa League. Et dans une rencontre partie doucement, les Rhodaniens trouvaient l’ouverture sur une splendide action. Après un relai avec Yattara, Jallet débordait et trouvait Malbranque en retrait. La frappe du gauche du vétéran lyonnais faisait mouche au premier poteau grâce à sa précision (1-0, 25e). Tout semblait bien parti mais les Roumains commençaient à sortir de leur coquille en voyant que la défense lyonnaise était loin d’être sereine. 

Et cette impression se confirmait après la pause, où on passait d’un match équilibré, à une nette domination d’Astra, avec des grosses occasions à la pelle. Enache, qui avait inexplicablement loupé le cadre en première période, et les Roumains multipliaient les situations favorables mais Lopes s’activait. La situation devenait intenable et cela finissait par craquer sur un centre d’Enache que Fatai reprenait victorieusement au second poteau (1-1, 71e). Cette égalisation ne provoquait aucune réaction du côté de l’OL, bien au contraire. Très sévèrement, Rose récoltait un deuxième avertissement synonyme d’expulsion pour un pied levé (77e). Dans la foulée, Astra bénéficiait d’un pénalty logique, Grenier prenant inutilement le pied d’Amorim dans la surface, permettant à Budescu de faire passer son équipe en tête sur le pénalty (1-2, 81e). Les Rhodaniens ne parvenaient pas à arracher une égalisation qui aurait été précieuse, compromettant grandement leur qualification à moins d’un petit miracle en Roumanie lors du match retour. Mais à l’heure actuelle, le football français est à la rue dans ces matchs de barrage, et le bilan pourrait bien être catastrophique dans une semaine.

Share