Nabil Fekir accepte une offre XXL du Qatar !

Nabil Fekir accepte une offre XXL du Qatar !

Icon Sport

Sous contrat avec le Bétis Séville jusqu’en juin 2026, Nabil Fekir fait l’objet d’une offre colossale en provenance du Qatar.

Auteur d’une saison décevante et freinée par les blessures pour le moment avec seulement un but et trois passes décisives en Liga, Nabil Fekir n’est plus forcément le joueur qui fait vibrer les foules en Espagne. Du moins avec régularité. Un temps courtisé par Newcastle et d’autres gros clubs européens, l’ex-capitaine de l’Olympique Lyonnais est un peu retombé dans le rang et aucune rumeur ne circule à son sujet depuis le début du mercato hivernal pour renforcer l’effectif d’un cador disputant l’Europa League ou la Ligue des Champions. En revanche, une destination exotique pourrait se présenter à Nabil Fekir durant ce mois de janvier car selon les informations d’El Chiringuito, le club qatari d’Al-Sadd est officiellement passé à l’attaque dans le but de recruter Nabil Fekir en provenance du Bétis Séville. Et les sommes proposées par le club du Qatar ne laissent pas insensibles l’ancien milieu offensif de l’OL.

Fekir accepte les 7 ME par an d'Al-Sadd

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Nabil Fekir (@nabilfekir)

Le média croit savoir que le club qatari d’Al-Sadd a soumis une offre contractuelle de 7 millions d’euros par an à Nabil Fekir, une offre que le meneur de jeu du Bétis Séville est en passe d’accepter puisque ce dernier est « très tenté » par la perspective de rejoindre le Qatar et de bénéficier d’un tel salaire. Il faudra en revanche un effort financier de la part du club qatari pour convaincre le Bétis Séville car pour le moment, Al-Sadd ne propose -que- 16 millions d’euros pour le transfert de Nabil Fekir, une somme inférieure à celle investie par le Bétis pour recruter Fekir à l’OL en juillet 2019. A l’époque, le club andalou avait déboursé 19 millions d’euros pour recruter le meneur de jeu lyonnais. Depuis, Nabil Fekir a alterné le bon et le moins bon mais du côté du Bétis, on estime que sa valeur n’a pas baissé. Si les dirigeants d’Al-Sadd veulent rafler la mise, il faudra donc revoir l’offre à la hausse et sans doute dépasser la barre symbolique des 20 millions d’euros.