ASSE : Galtier et les enveloppes dans la boite aux lettres

ASSE : Galtier et les enveloppes dans la boite aux lettres

Photo Icon Sport

Entraineur légendaire de l’AS Saint-Etienne, qu’il a réussi à remettre en Europe et dans le haut de tableau en France avec régularité jusqu’à son départ en 2017, Christophe Galtier retrouve le Chaudron ce samedi.

Des retrouvailles placées sous le signe de l’émotion, un an après son départ, alors qu’il vient d’assurer son maintien avec Lille. Autant dire que « Galette » va savourer ce retour dans le Forez. Dans un entretien à L’Equipe, l’entraineur français ne masque clairement pas son émotion pour son parcours et sa réussite à « Sainté », mais aussi pour l’extraordinaire public qui l’a soutenu toutes ces années. Même si parfois, il a eu le droit à quelques surprises moins agréables.

« Déjà, quand on est entraîneur de Saint-Étienne, on est entraîneur des Verts. C’est national. On appartient aux gens. Partout, on est reconnus. J’avais choisi d’habiter à 400 m du centre d’entraînement. L’entraîneur reste au centre de tout. Quand il perd, on lui glisse des enveloppes dans sa boîte aux lettres. Rarement des félicitations. Les lendemains de derbys perdus, j’étais interpellé. C’était tendu. Parfois, je m’isolais. J’allais en altitude. Je faisais du vélo ou je jouais au golf », a expliqué Christophe Galtier, qui a également fait une confidence sur son passage chez les Verts, en avouant que Romeyer s’était opposé à son départ quasiment bouclé pour entrainer un club anglais, en plein milieu de la saison 2015-16. Personne ne s’en plaindra à Saint-Etienne.