PSG : Un 11 qui fait trembler l'Europe, ça c'est Paris !

PSG : Un 11 qui fait trembler l'Europe, ça c'est Paris !

Icon Sport

Depuis le début du mercato, le PSG a déjà fait signer Georginio Wijnaldum, Achraf Hakimi, Sergio Ramos et bientôt Gianluigi Donnarumma. 

Le PSG a perdu trois fois la Ligue 1 depuis le début de l’ère QSI. En 2012, en 2017 et 2021. À chaque fois, Paris a réalisé un mercato de folie derrière. En 2012, Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva ou encore Ezequiel Lavezzi avaient été recrutés. En 2017, le club de la capitale frappait un énorme coup avec les arrivées de Neymar et Kylian Mbappé. Cet été, Leonardo et Nasser Al-Khelaïfi ont déjà bouclé les signatures Georginio Wijnaldum, Achraf Hakimi et Sergio Ramos tout récemment. Gianluigi Donnarumma va suivre et il est un symbole. Le PSG se permet d’embaucher une doublure de luxe, ou plutôt un concurrent, à Keylor Navas, trois fois vainqueur de la Ligue des champions. Derrière, si Mauricio Pochettino opte pour une défense à 4, il devra mettre sur le banc Presnel Kimpembe, Marquinhos ou Sergio Ramos. L’effectif est complet et fait peur.

AS les surnomme déjà les « Galacticós »

L’officialisation du transfert de Sergio Ramos a terminé d’inquiéter le média espagnol AS. « Le PSG aura une équipe de rêve. C’est maintenant ou jamais pour le rêve de la Ligue des champions », estime le journal, qui ne manque pas de mettre la pression aux Parisiens. Le terme de « Galacticós » est même utilisé, une appellation bien connue du côté de Madrid. Achraf Hakimi est plus à l’aise dans un rôle de piston droit, Sergio Ramos n’est pas venu pour squatter le banc : AS estime que la meilleure solution pour le PSG est une défense à 3 ou 5, avec Bernat à gauche. Au milieu, « la qualité de l'Italien, ajoutée à la capacité de sacrifice de l'ancien joueur de Liverpool, font que les deux peuvent se compléter à merveille », estime le média. Enfin devant, Neymar, Kylian Mbappé et Di Maria se partageront les trois postes. Alors que les rumeurs Lionel Messi et Cristiano Ronaldo continuent d’enflammer la toile. Le Qatar est déchaîné. Les concurrents européens en sont conscients.