PSG : Messi à Paris, pourquoi l'Espagne n'y croit pas

PSG : Messi à Paris, pourquoi l'Espagne n'y croit pas

Le PSG incapable financière de se payer Lionel Messi, c'est la théorie en vogue en Espagne surtout après les révélations de ces dernières heures. 

De retour après deux semaines de grève, L’Equipe a balancé ce samedi une véritable bombe en annonçant que les pertes financières du PSG à l’heure de la crise sanitaire et télévisuelle, pourraient forcer le club de la capitale à envisager la vente de Kylian Mbappé. Ce scénario verrait le jour si l’attaquant champion du monde se montrait trop récalcitrant à prolonger son contrat dans les prochaines semaines. L’économie sur le plan salarial et les recettes de ce transfert permettraient en effet au PSG de combler ce déficit, mais ce n’est bien évidement pas l’idée première de Nasser Al-Khelaïfi, qui entend conserver tous ses joyaux, Mbappé comme Neymar. Le président du Paris Saint-Germain rêve même d’un énorme coup en parallèle, en faisant signer Lionel Messi, en fin de contrat au FC Barcelone. Mais du côté de l’Espagne, on en rigolerait presque.

Marca prend la parole en effet ce samedi pour rappeler qu’entre les chiffres annoncés, avec plus de 200 ME de pertes prévisionnelles au 30 juin prochain, et la volonté d’ajouter l’Argentin à sa ligne d’attaque rien ne colle. Pour le quotidien sportif espagnol, il y a quand même de grandes chances que le PSG ne puisse pas proposer un contrat capable de convaincre Lionel Messi de faire le grand saut. Mais si Leonardo a fait cette sortie médiatique sur le sextuple Ballon d’Or, c’est bien que le Paris SG a tout de même une idée derrière la tête dans ce dossier. Et la participation du Qatar dans les discussions comme c’est le cas de tous les grands dossiers, laisse clairement entendre que le champion de France a des arguments à faire valoir sur le plan financier pour séduire Lionel Messi. Néanmoins, de l’autre côté des Pyrénées, le message est passé, et le numéro 10 du Barça est en tout cas prévenu qu’il serait très difficile pour lui de maintenir son train de vie actuel, avec son salaire de 70 ME par an.