PSG : Le Qatar tue le football, Javier Tebas indigné

PSG : Le Qatar tue le football, Javier Tebas indigné

Icon Sport

Javier Tebas n’est pas fan du Qatar et du PSG et le patron de la ligue espagnole de football ne rate pas une occasion pour le rappeler.

Ennemi public numéro un du Paris Saint-Germain version QSI depuis le transfert de Neymar en provenance du FC Barcelone en 2017, Javier Tebas ne manque pas une occasion pour taper sur le PSG et surtout sur son propriétaire qatari. Dans un long entretien accordé au média spécialisé Off the Pitch, le président de la ligue espagnole de football a de nouveau fait part de son mécontentement de voir un État souverain à la tête d’un club de football, comme c’est le cas du Qatar avec le Paris Saint-Germain. Au-delà du simple fait que Javier Tebas n’est pas favorable aux « clubs-États », c’est surtout la gestion financière de QSI qui exaspère le patron du foot espagnol, qui regrette que le PSG soit dirigé comme un club à perte, dont l’argent injecté n’a pas grand-chose à voir avec des revenus de transfert, de billetterie ou encore de droits TV.

Javier Tebas tape sur le Qatar et sur Al-Khelaïfi 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Paris Saint-Germain (@psg)

« Ça ne me dérange pas que l’État du Qatar possède le PSG. Ce qui me préoccupe, c'est qu'ils continuent à diriger le club à perte, et à injecter de l'argent qui n'a rien à voir avec le football » a pesté Javier Tebas lors de son entretien avec Off The Pitch, avant de poursuivre. « Cela provoque une inflation massive en matière de salaires et de joueurs, ce qui engendre un effet domino, et entraîne des pertes pour d'autres clubs » estime-t-il. Il n’est pas non plus favorable au fait que Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG depuis plus de dix ans, possède plusieurs casquettes dans le monde du football avec notamment une influence plus forte que jamais à l’UEFA. « Le fait que Nasser al-Khelaïfi porte tous ces différents chapeaux, c’est une préoccupation, ce n’est pas juste. Être à la fois à la tête de l’ECA, du PSG... Quoi qu’il fasse d’autre, ce n’est pas juste » a pesté Javier Tebas, définitivement pas fan de la gestion made in Qatar du Paris Saint-Germain et des multiples rôles majeurs de son président Nasser Al-Khelaïfi. Une intervention de plus au palmarès de Javier Tebas à l’encontre du PSG.