PSG : Donnarumma-Navas, quelle injustice !

PSG : Donnarumma-Navas, quelle injustice !

Impeccable dans les buts du PSG ce mardi face à Manchester City, Gigio Donnarumma a marqué des gros points dans les esprits. Mais attention au jugement sur l’instant.

Car cela fait plus de deux ans que Keyor Navas enchaine les gros matchs avec le PSG, et il a rarement été pris en défaut. Toutefois, la première de l’Italien en Ligue des Champions a indubitablement impressionné les observateurs, qui ont forcément remarqué sa grosse présence dans la surface, sa facilité dans le jeu aérien, ses relances propres et son comportement en patron de la défense. 

« Il a montré toute l’influence que pouvait avoir Donnarumma dans la surface de réparation, en dehors de sa ligne de but. Et c’est quand même extrêmement sécurisant sur le plan défensif, en particulier pour les défenseurs centraux. En Ligue des champions, il me semble qu’il a marqué pas mal de points quand même. Face à une grosse équipe. Il a pris une place incroyable qui a compliqué la tâche de City. Il a été présent dans le jeu aérien, où je pense que Navas aurait été sans doute un peu plus en difficulté sur certains types de ballons. Mais, attention, on ne va pas casser Navas parce que Donnarumma a fait un super match, ça serait vraiment très bête et très injuste ! », a souligné dans Le Parisien Christophe Lollichon, observateur spécialisé sur les gardiens de but et patron des portiers à Chelsea. 

Attention aux dérapages

Un sentiment conforté par Jérôme Alonzo, pour qui il est trop facile de taper sur Keylor Navas en expliquant qu’il se contentera d’un match de Coupe ou de Ligue 1 de temps en temps, maintenant que le champion d’Europe italien a montré tout son talent. Mauricio Pochettino ne doit pas se précipiter dans son choix définitif, et le coach du PSG n’a de toute façon pas vraiment l’intention de le faire. « Parce qu’on me dit : Oh p… t’as vu Donnarumma ? Mais, moi, je réponds : Oui, mais vous avez vu Navas depuis deux ans et trois mois ? Donc c’est hyper injuste parce qu’aujourd’hui, effectivement, c’est Donnarumma partout », a livré l’ancien gardien du PSG, pour qui il sera important que les gardiens en concurrence gardent leur calme, et évitent de rentrer dans la guerre des petites phrases, ou des déclarations de l’entourage aux médias si jamais cela devait tourner en faveur de l’un ou de l’autre.