PSG : Baisser leur salaire ? Les joueurs trainent des pieds

PSG : Baisser leur salaire ? Les joueurs trainent des pieds

Photo Icon Sport

Le PSG ne parvient pour le moment pas à faire accepter à ses joueurs, Thiago Silva en tête, une baisse de salaire pour compenser avec la perte de revenus liés à la pandémie de Covid-19. 

Voilà désormais quasiment un mois que toute l’activité s’est arrêtée au PSG. Les joueurs sont pour certains repartis dans leur pays pour faire face à cette crise sanitaire inédite, et tout le monde joue le jeu du programme fixé par les préparateurs physiques. Neymar ou Kimpembe par exemple en font notamment beaucoup plus que prévu, histoire de reprendre en très bonne forme quand le feu vert sera donné.

En attendant, le PSG va mettre ses employés, qui fonctionnent en télétravail, au chômage technique dans les prochains jours. Et les joueurs dans tout ça ? Ils continuent pour le moment à conserver leur salaire intact, malgré l’absence totale de compétition, et pour beaucoup des dons personnels effectués auprès d’associations, anonymement ou publiquement. Mais en ce qui concerne les dépenses liées à la masse salariale, cela est évidemment, comme pour tous les clubs, difficile à digérer pour le PSG, qui voit de nombreuses rentrées d’argent disparaitre.

L'exemple anglais, ça négocie dur

Pendant ce temps, ce sont quasiment 30 ME qui sont lâchés chaque mois par le Paris Saint-Germain pour payer ses professionnels. Contrairement à ce qui se passe dans les plusieurs autres grands clubs européens, aucune mesure de restriction salariale n’a été actée, et la mise au chômage technique représenterait une économie d’une goutte d’eau infime par rapport aux salaires versés. Résultat, les discussions ont lieu entre le PSG et Thiago Silva, le capitaine et représentant des joueurs dans ce dossier, mais rien n’a été décidé affirme L'Equipe.

Une baisse est envisagée, sans parvenir à donner une échelle de valeur, tandis que le PSG pourrait simplement opérer un paiement différé des salaires, ce qui permettre de soulager les finances immédiates tout en garantissant aux joueurs que leur salaire sera inchangé au final. Des négociations qui perdurent donc, et qui se basent sur ce qui se passe en Premier League, où les capitaines ont refusé de baisser le salaire de l’ensemble des joueurs de 30 %, estimant qu’ils payaient déjà beaucoup d’impôts et que cette baisse de salaire bénéficierait plus aux clubs, qu’à la société.