L1 : Nasser Al-Khelaifi, le nouveau dieu du football français !

L1 : Nasser Al-Khelaifi, le nouveau dieu du football français !

Photo Icon Sport

En charge de mener les négociations avec Canal+ pour récupérer une partie des droits TV, Nasser Al-Khelaifi est désormais considéré comme le futur sauveur du football français.

Nasser Al-Khelaifi, patron qatari du PSG et du groupe BeInSports, est devenu en l’espace de quelques jours le Messie des clubs de Ligue 1. Et cela depuis qu’il a initié le dialogue avec Maxime Saada, le boss de Canal+, afin d’essayer de trouver un accord pour que le football français puisse toucher au moins une partie des droits TV, au moment même où BeInSports a refusé aussi de payer sa part sur ces droits. Pour les confrères de Nasser Al-Khelaifi au sein de la Ligue Football Professionnel, il est évident que le boss du PSG a toutes les qualités qu’il faut pour sauver les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2. Dans une conférence de presse téléphonique, plusieurs présidents ont dit tout le bien qu’ils pensaient de NAK.

Bernard Caïazzo estime que le dirigeant du Paris Saint-Germain est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut pour négocier avec Canal+ et que la Ligue 1 a trouvé le meilleur avocat du monde. « Nasser n'a rien demandé et au départ il ne voulait même pas. Mais il fait preuve de courage pour défendre le foot français. Je ne l'ai jamais vu se mobiliser comme ça (…) Je ne suis pas sûr qu'à la place de Nasser, dans la même situation, beaucoup auraient accepté la mission. De sa part, ça montre un courage et une vraie volonté de défendre l'intérêt du football (...) Si nous avions un seul doute sur son engagement, nous ne l'aurions pas désigné », explique le président du conseil de surveillance de l’AS Saint-Etienne.

Un avis partagé par Nicolas Holveck, le nouveau président exécutif du Stade Rennais. « On pourrait penser que Nasser Al-Khelaifi est celui d'entre nous qui peut être le plus rassuré face à la crise, qu’il pourrait rester dans son coin et s'occuper de personne, et c'est tout le contraire. Il est d'un investissement incroyable », constate avec confiance le dirigeant breton. Un avis également partagé par Gérard Lopez, le patron de Lille.