Peter Bosz viré, la première folie de John Textor ?

Peter Bosz viré, la première folie de John Textor ?

Icon Sport

Bien parti pour devenir actionnaire majoritaire de l’Olympique Lyonnais, John Textor va prendre les commandes de l’Olympique Lyonnais prochainement. Avec des décisions radicales ?

L’investisseur américain va récupérer 60 % des parts de l'OL, et s’il a prévu de laisser Jean-Michel Aulas aux commandes, il va forcément peser sur les décisions. Du moins dans les grandes lignes. Déjà en charge du club brésilien de Botafogo et de la formation belge de Molenbeek, mais aussi actionnaire de Crystal Palace, John Textor laisse en général les clubs être gérés par des dirigeants locaux. Mais il sait aussi avoir la poigne, lui qui est, comme Aulas, un adepte de Twitter et des sorties tranchantes s’il en ressent le besoin. Et il n’y a pas que ses sorties qui sont tranchantes. En effet, si l’OL n’a pas bougé dernièrement au mercato, en dehors du retour d’Alexandre Lacazette qui fait l’unanimité, c’est bien que les clés sont entre les mains du futur nouveau propriétaire du club rhodanien.

Et selon son expérience au Brésil quand il a racheté Botafogo, cela peut fait des dégâts qui semblaient jusqu’à présent insoupçonnés. Notamment pour le staff en place, l’organigramme et donc bien évidemment Peter Bosz. « Il a acheté Botafogo. Il y a un président, mais il n’a placé que des hommes à lui. Au Brésil, c’est nouveau de voir un actionnaire de ce type, mais c’est une obligation, car les clubs sont endettés à mort, il n’y a pas de DNCG et, si un milliardaire n’arrive pas, les clubs ferment. Mais à Botafogo, Textor a changé d’entraîneur, de staff, de joueurs. A l’OL, s’il veut tout changer, il peut. Les Américains n’ont pas d’autres fonctionnements », a prévenu Marcelo Kiremdjian dans les colonnes du Progrès. Le Brésilien, agent de joueurs qui a oeuvré pour la venue de plusieurs éléments à l’OL, est bien placé pour savoir que la donne a changé. 

Le poids de Textor dans les décisions

En effet, pour la première fois de l’ère Aulas, un actionnaire qui n’est pas le président emblématique, a le pouvoir de tout décider. Même si JMA a reçu l’assurance de rester au pouvoir trois ans, jamais un homme n’aura été en capacité de changer les choses aussi brutalement à l’OL. Et John Textor a bien du voir qu’il y avait un problème avec cette nouvelle saison sans Coupe d’Europe qui se présente. Son apport financier de 90 millions d’euros lui permet donc de peser sur l’avenir sportif et immédiat de l’équipe lyonnaise, et il ne faut pas écarter des décisions spectaculaires dans les prochains jours si le constat est fait. Pour rappel, il y a trois semaines, Jean-Michel Aulas avait expliqué que le maintien de Peter Bosz était effectif, mais sujet « à l’arrivée de nouveaux investisseurs qui pourrait changer la donne ». Le show John Textor peut tout changer.