OL : Shaqiri est dans le dur, Bosz ne panique pas

OL : Shaqiri est dans le dur, Bosz ne panique pas

Icon Sport

Xherdan Shaqiri a bien du mal à s'imposer dans l'effectif de l'Olympique Lyonnais, mais à ce stade de la saison Peter Bosz ne s'inquiète pas pour l'international suisse.

Titulaire jeudi en Europa League contre le Sparta Prague, Xherdan Shaqiri a cédé sa place à Léo Dubois à un quart d’heure de la fin. Et à en juger par les notes données à l’ancien joueur de Liverpool, et aux commentaires sur ses prestations, il est clair que l’ailier suisse doit encore progresser pour s’imposer à l’Olympique Lyonnais. « Le Suisse se laisser effacer trop facilement sur le premier but (…) Son positionnement n’a pas contribué à aérer le jeu (…) Peu de combinaisons réussies », dans Le Progrès on n’était pas tendre avec Shaqiri. De quoi forcément engendrer les premiers doutes sur le joueur de 30 ans qui a signé jusqu’en 2024 avec l’OL, les dirigeants des Reds n’ayant pas trop lutté pour le retenir. Mais si ces questions se posent dans les tribunes du Groupama Stadium, ou sur les réseaux sociaux, pour Peter Bosz il est beaucoup trop tôt pour tirer le signal d’alarme concernant le joueur de la Nati.

Shaqiri aura du temps pour faire sa place à Lyon

En conférence de presse, à 24 heures du match Nice-Lyon programmé dimanche à 13 heures, l’entraîneur néerlandais de l’Olympique Lyonnais a évoqué le cas de Xherdan Shaqiri. Et Peter Bosz a fermement soutenu son joueur. « Concernant Xherdan Shaqiri, je ne suis pas inquiet, il a changé d’équipe très tard. Comme Jérôme Boateng, ils n'ont pas fait le début de saison avec le groupe. C'est normal », a fait judicieusement remarquer le coach de l’OL. Car même si Juninho a longtemps convoité l’ailier suisse, ce dernier a d’abord joué l’Euro, puis repris avec Liverpool sous les ordres de Jurgen Klopp avant de signer à Lyon à la toute fin du marché des transferts. De quoi relativiser ses débuts difficiles, même si forcément Shaqiri doit tout de même hausse son niveau pour faire taire les critiques.