L1 : Pierre Ménès accuse un calendrier honteux pour le PSG et l'OL

L1 : Pierre Ménès accuse un calendrier honteux pour le PSG et l'OL

Photo Icon Sport

Pierre Ménès a tapé sur la LFP sur le plateau du Canal Football Club. Il dénonce le calendrier de la saison de Ligue 1.

Un parcours européen exceptionnel puis un gros coup d’arrêt. La situation sportive du PSG et de l’OL en ce début de saison de Ligue 1 est étonnante pour deux clubs qui ont fait trembler l’Europe entière lors du Final 8 de la Ligue des Champions. Le PSG compte trois points sur neuf grâce à une victoire inespérée contre Metz (1-0). Quant aux hommes de Rudi Garcia, ils ne se sont imposés qu’une fois en quatre sorties et restent sur un triste match nul (0-0) contre Nîmes. Forcément, la mauvaise forme des joueurs lyonnais et parisiens n’a pas échappé aux observateurs de la Ligue 1. Sur le plateau du Canal Football Club, Pierre Ménès a directement pointé du doigt la Ligue de Football Professionnel pour expliquer la baisse de régime des deux clubs français.

« On est toujours plus malin que les autres. On est les seuls à ne pas jouer, on est les seuls à reprendre le 22 août alors que les autres reprennent le 12 ou 13 septembre. Et comme par hasard, les deux équipes françaises qui sont allées loin dans le Final 8 sont à la rue en début de saison, c’est sûrement une coïncidence ! », a-t-il regretté, alors qu'à titre de comparaison, le Bayern vient seulement de reprendre son championnat, presque un mois après sa finale de C1. Pour prendre le cas du PSG, le journaliste de Canal + est également conscient que le niveau du club n’est pas aussi bon sans ses stars. « T’as joué a Lens avec sept mecs en moins, contre Marseille avec quatre en moins. Là tu vas jouer avec encore une fois un paquet de monde en moins. Enlève Ronaldo et Dybala à la Juve, enlève Salah et Mané à Liverpool. Cette équipe est totalement dépendante de Neymar et Mbappé. Est-ce que vous pensez que la Juve aurait les mêmes résultats sans Ronaldo et Dybala ? » Entre cas de Covid et suspensions, il est clair que le PSG n’est pas verni.