OM : Dario Benedetto doit céder, sinon Séville dit non !

OM : Dario Benedetto doit céder, sinon Séville dit non !

Icon Sport

Le Betis Séville est bel et bien intéressé par Dario Benedetto, qui pourrait se laisser convaincre. Mais le salaire proposé par le club espagnol ne satisfait pour le moment pas l’attaquant argentin.

Dario Benedetto a-t-il joué son dernier match avec l’OM dimanche soir contre Bordeaux ? Ou au moins son dernier à domicile ? Le buteur argentin voulait vivre une ultime fois l’atmosphère du Vélodrome, après plus d’un an et demi sans public. Il est conscient que Jorge Sampaoli le place troisième ou quatrième dans la hiérarchie pour la pointe de l’attaque, derrière Arkadiusz Milik, Dimitri Payet et même Bamba Dieng. Pablo Longoria tente de lui dénicher une porte de sortie. La plus concrète se trouve en Espagne. Depuis plusieurs jours, le Betis Séville a fait part de son intérêt au joueur et à l’OM. Manuel Pellegrini, à la recherche d’un attaquant, apprécie le profil de l’ancien joueur de Boca Juniors. Estadio Deportivo confirme ce lundi que le club andalou s’intéresse fortement à Dario Benedetto. Mais l’opération bloque pour le moment sur un point précis : la question du salaire.

Le Betis propose la moitié de son salaire à l’OM

Dario Benedetto émanait à 3,1 ME nets par an il y a quelques mois. Il a accepté une réduction de salaire de 30% pour faire face à la crise financière liée à la Covid-19. L’Argentin touche donc 2,2 ME par saison. Le média sévillan révèle que le Betis veut lui donner la moitié cette somme. Pour rejoindre l’Espagne, Dario Benedetto devrait donc accepter de toucher deux fois moins qu’à Marseille, alors qu’il lui reste deux années de contrat. Et même si un prêt assorti d’une option d’achat à moins de 10 ME semble être l’hypothèse la plus probable, l’OM ne voudrait pas payer un seul euro du salaire du joueur lorsqu’il évoluera au Betis. Le dossier patine sur ce point précis, au grand dam de Pablo Longoria, déjà prêt à dégainer pour une nouvelle recrue offensive, comme Cristian Pavon par exemple.